5 signes que tu es un parent-gâteau

Quand on est enceinte, on dit TOUTES que NOUS, on ne gâtera pas trop nos enfants. Qu’on en fera pas des enfants pourris-gâtés-capricieux. Sauf que, sûrement dû à une hormone quelconque (ils sortiront sûrement une étude sérieuse sur Facebook pour le prouver), notre cerveau tend à se détraquer au fur et à mesure que notre ventre grossit, si bien qu’on oublie tout principe et on dépense sans compter pour tout ce qu’on trouve mignon.

C’est comme ça, on n’y peut rien!

J’avoue personnellement que je n’ai aucun sens logique quand je magasine pour ma fille (lire ici à chaque fois que je vais dans un lieu où je peux acheter) et qu’elle est une vraie princesse. Mais, il y en a toujours qui pensent qu’elles sont différentes.

Événement Nuna
En boutique ce Vendredi et Samedi
Voir Nuna

Alors voici pour toi, la maman dans le déni, les 5 symptômes universels d’un parent-gâteau.

  1. Tu es une pro pour te créer des besoins. Il a fait ses premiers pas? Il lui faut des bottines d’appoint et à la toute dernière mode. Il commence à manger seul? Il lui faut absolument un ensemble assiette-fourchette-verre à l’effigie des dessins animés de l’heure (lire ici PAW PATROL). Il a les joues rouges? Il lui faut le baume conçu spécialement pour les joues sèches de bébé. Il aime jouer avec la télécommande de la télé? Il lui faut absolument une télécommande pour enfant interactive et pleine de couleurs pour stimuler je-ne-sais-quel-sens. Tu le sais pourtant que les bottines de l’an dernier à 50% de rabais vont le faire marcher tout aussi bien, que ton assiette paw patrol à 15$ va se ramasser par terre quand même, que de la bonne crème hydratante ça va lui calmer l’abrasion des joues tout aussi efficacement et que ta bebelle interactive va vite prendre le bord quand il va retrouver la bonne vielle manette de la télé. Tu le sais, hein?
  • Les factures te mentent. C’est impossible que tu aies encore dépensé plus de 150$ de cossins pour ton enfant dans la même semaine, il doit y avoir une erreur sur le coupon caisse? Ton chum te fait les gros yeux en voyant que tu as payé un manteau, qui va faire 3 mois à ton bébé, plus cher que vos deux manteaux réunis? Tu as bien beau lui dire qu’il y avait un rabais de 25% ou que le manteau est fait à partir d’un tissu X sensé isolé et rafraîchir miraculeusement selon la température, ton chum sait pertinemment que tu es tellement obnubilée par la beauté des articles pour enfant que tu achètes sans même regarder le prix. En fait, «je n’ai pas pu résister» est ta phrase préférée.
  • À chaque occasion un achat s’impose. Un BBQ chez ta tante Claudine? Un nouvel ensemble sport-chic. Le baptême du bébé de ta cousine que tu n’as pas vue depuis 3 ans? Une nouvelle robe. Vous allez vous promener en montagne ce week-end? Un nouveau manteau de pluie, juste au cas (même si la météo prévoit du soleil mur-à-mur). Tu sais, ce n’est pas grave si ton enfant porte deux fois la même tenue, au contraire: il grandit tellement vite que c’est une occasion à saisir pour qu’il l’use un tant soit peu. Et comme tu dépenses tout ton argent pour ton bambin, tu as toujours l’air d’une has-been itinérante en arrière de ton enfant habillé comme un membre de la famille royale.
  • Tu reçois quotidiennement au moins 5 courriels de publicité de boutiques pour enfants… Et tu les LIS! Avoue que tu es toujours au courant des journées «50% sur tout en magasin» ou des spéciaux «achetez-en un et obtenez l’autre à moitié prix». Donc tu peux toujours te vanter de toujours acheter à rabais car tu «n’es pas victime du marketing émotionnel entourant les articles pour bébé». Hum hum. Le hic, c’est que si lors de ces journées «moitié prix» tu achètes le double de ce que ton enfant a vraiment besoin, il faudrait revisiter ta théorie.
  • Tu trouves que ton entourage gâte trop ton enfant. Le classique pour te déculpabiliser. Tu es la première à te plaindre que ton enfant est beaucoup trop gâté, mais tu es dans le déni total de ta responsabilité là-dedans. Ce n’est pas TOI qui gâtes trop ton enfant, c’est les grands-parents, la marraine, les tantes et oncles. C’est de LEUR faute si tu dois te louer un entrepôt pour ranger les jouets de ton enfant et que le 3/4 des placards de ta maison débordent de ses vêtements. Bien sûr, bien sûr. Est-ce que tu te crois vraiment quand tu dis ça?

Bref, si en lisant ceci tu t’es dit à quelques reprises que j’avais sûrement épié ta vie, c’est que ton diagnostic est officiel: tu es un parent-gâteau.

Et après? Il n’y a pas de mal là-dedans fille, assume-toi!

Alexandra P.