Adopter un animal: peser les «pour» et les «contre»

Il s’appelait Ernest. C’était MON chaton, le plus beau et le plus gentil du monde. Il était magnifique avec son pelage tout blanc et ses grands yeux verts. C’était mon premier animal de compagnie, ma première expérience avec un petit être fragile, mais c’était aussi la première fois que j’avais de vraies responsabilités de grandes. Du haut de mes 7 ans, j’étais loin de m’imaginer l’impact que ce petit être aurait sur ma vie.

C’était le début d’une grande aventure et j’étais prête à m’y lancer, peu importe ce que ça impliquait. J’étais prête à faire face au bonheur qu’il allait m’apporter tout en sachant que je devais en prendre soin.

Un animal c’est telllllement le fun! Ça met de la vie dans une maison, ça nous rend heureux, ça joue avec nous, mais ça demande également beaucoup de soin, de temps et d’argent. Que ce soit un poisson, un oiseau, un hamster, un chat ou un chien, ils ont besoin de nous pour combler leurs besoins de base.

C’est pour cette raison qu’une réflexion sur ce que l’on est prêt à offrir à un animal est essentielle avant de faire l’adoption. Il faut penser au temps que nous aurons à lui offrir, mais également à l’espace, aux frais qu’il engendrera en nourriture, en vétérinaire et en entretien général.

Il faut prendre en considération que certains animaux demandent plus de patience que d’autres, on s’entend qu’un poisson est beaucoup plus simple et moins coûteux à entretenir qu’un chien! Une fois ces éléments rassemblés et le nouveau membre de la famille arrivé, c’est le temps de profiter et de voir la magie opérer.

J’ai un parti pris vous me direz, j’adore les animaux et je vois les avantages beaucoup plus grands que les inconvénients.

C’est une source infinie de bonheur et d’apprentissage, et ce, autant pour les adultes que pour les enfants.

La présence de notre chat apporte tellement à la dynamique familiale, il est présent tous les matins avec ma fille, ils adorent se retrouver dans le calme à se coller avant le déjeuner, tout comme sa douceur me réconforte avant de m’endormir. C’est le grand frère de ma fille unique et mon confident quand j’ai besoin de support.

En plus de sa présence, il apprend à ma fille la douceur et le respect de l’autre. Elle adore en prendre soin, lui donner sa nourriture et s’assurer que son petit lit est toujours douillet.

Dernièrement, nous avons été famille d’accueil pour deux chatons, les deux mois qu’a duré notre aventure ont été remplis d’apprentissage, dont celui du deuil.

Crédit photo: Marie-Christine Boutin

Cette expérience a été bénéfique et elle nous a fait comprendre que dans la maison, c’est le «vieux» chat le maître et que pour l’instant nous avons notre équilibre.

Et vous, êtes-vous prêt à introduire un nouveau membre à poils à votre famille?

 

Marie-Christine B.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Marie-Christine Boutin

Maman d’une charmante grande fille de 3 ans et demi, tante de 7 merveilleux enfants, elle est aussi la «matante» de 4 beaux garçons, ceux de ses deux meilleures amies, des amitiés qui sont devenues de la famille. Passionnée, sportive et curieuse, elle déplace de l’air été comme hiver!

À découvrir

Être une famille

Quand est-ce qu’on arrête de courir?

Je suis essoufflée. Depuis mon retour au travail, j’ai l’impression de ne jamais arrêter de courir. Je cours un marathon, mais je ne vois pas la ligne d’arrivée. Entre le travail, les horaires atypiques de mon mari, la garderie, les soupers, les courses, le ménage, toute la routine et bien évidemment les 42 virus par semaine, […]


S. Karlett
S. Karlett16 mai 2022
Être une famille

Lettre à toi qui es devenue belle-maman

D’aussi loin que je me souvienne, je n’ai jamais imaginé que j’allais un jour devenir une belle-mère. Même après ma séparation, on dirait que je n’avais pas réalisé que mes chances de rencontrer un homme avec des enfants étaient franchement élevées. J’ai toujours eu de la facilité avec les enfants, mais je n’avais jamais...