Stéphanie Benoit

Nouvellement maman de Gabrielle, Stéphanie a plongé dans la maternité avec la même passion qui l’anime pour tous ses projets. Et s’il y a une chose qui l’accompagne dans tout ce qu’elle entreprend, c’est l’authenticité. Fondatrice de Mouvement Montagne, yogi et professionnelle en communication, elle publie son premier roman en 2020, La Fuite.

 

Nom: Stéphanie Benoit

Originaire: Montréal

Brève description familiale: En couple avec mon partner in crime, nouvellement maman de Gabrielle

Brève description en tant que parent/marraine/tante/amie: L’amour sans limites que j’ai découvert avec mes 2 neveux et ma nièce est aujourd’hui décuplé avec ma propre petite fille. Les enfants me ramènent à ce qu’il y a de plus pur en moi. Créativité, art et humour sont les qualités qui m’accompagnent le plus dans ma relation avec les petits.

Les essentiels à ton bonheur: Ma famille, mes amies, la nature, le yoga

Tes ambitions: Faire grandir mon premier bébé, ma compagnie Mouvement Montagne, afin de faire découvrir au plus grand nombre de gens possible l’effet thérapeutique de la nature, de la communauté et du yoga.

Une remarquable qualité: Mes habilités en communication, plus précisément mon aisance à dépeindre des réalités d’aujourd’hui

Un charmant défaut: Perfectionniste

Films & livres préférés: La trilogie de Marie Laberge, «L’équilibre du monde», «Le Comte de Monte-Cristo», «L’ombre du vent».

Le pays que je rêve de visiter et/ou un voyage coup de cœur: La Nouvelle-Zélande était certainement un coup de coeur et je rêve de découvrir le Bhoutan, ainsi que le Tibet.

Qu’est-ce que j’apporterais sur une île déserte? Une liseuse avec une collection infinie de livres, ma famille et un piano pour finalement l’apprendre!

À quel sport on veut te choisir en premier dans son équipe? Une course en natation ou en ski de fond!

Dans un jeu-questionnaire, tu es redoutable à quel sujet? Aucun! Je suis la pire co-équipière pour ce type de jeu!

Un plaisir coupable? Le sucre (quoi que je ne me sens pas trop coupable hihi).

Lire ses articles

Être une famille

Et si la pandémie nous faisait du bien?

Je m’étais juré de ne jamais écrire sur la pandémie; ne jamais dire jamais! J’éprouve un certain inconfort intérieur au contact de tout ce qui touche le sujet de la pandémie. Sensationnalisme, négativisme, surutilisation du mot «normal», exaspération telle qu’on en vient à se réjouir du malheur des autres, ceux qui ne sont pas...


Stéphanie Benoit16 février 2022
Devenir parent

Le monstre

L’obscurité a ce petit quelque chose d’inquiétant. Source d’insécurité chez les petits, il fertilise l’imagination de ces derniers en transformant chaque racoin de chambre en potentiel refuge de grand méchant monstre. Nous ne sommes pas épargnés de ces visiteurs indésirables. Mon monstre se dévoile aussi la nuit. Il a les yeux...


Stéphanie Benoit13 Décembre 2021
Donner la vie

La rencontre

La rencontre. Nous l’imaginons pendant 9 mois. Aura-t-il des cheveux, va-t-il pleurer, va-t-il avoir les yeux de son père? L’expérience sera-t-elle semée d’inquiétudes ou d’une joie immense? Y aura-t-il des larmes, de la douleur? Et on nous répète que ce moment-là, quand le petit corps chaud se déposera sur notre torse, que ce...


Stéphanie Benoit8 Décembre 2021
Devenir parent

Le bon bébé

Vous le connaissez le bon bébé? Celui qui ne chigne pas, qui fait ses nuits, qui se transporte sans crise aux quatre coins de la province. Celui qui ne dérange pas. Donc s’il existe un bon bébé, il doit certainement en exister un moyen et un autre mauvais? Imaginez la mère affirmer: «Moi j’ai un […]


Stéphanie Benoit25 octobre 2021
Devenir parent

Arrêtons de nous faire violence

L’un de mes préceptes moraux préférés dans la tradition du yoga est le concept de «Ahimsa», souvent traduit comme la non-violence. On se réfère couramment à ce principe d’une façon externe, soit de ne pas nuire à autrui ou à tout être vivant. Mais qu’en est-il de la non-violence envers soi? Du respect de nos […]


Stéphanie Benoit20 septembre 2021
Devenir parent

Tu es assez

Je suis de celles pour qui ce n’est jamais assez; un syndrome sournois pourtant adulé dans notre société de performance. Les perfectionnistes s’y reconnaîtront sans doute! Je pourrais toujours en faire plus: cuisiner, étudier, faire le ménage, m’impliquer dans ma communauté, jardiner, faire du sport [...].


Stéphanie Benoit10 août 2021