Ça va aller, c’est fini…

L’autre soir, je discutais avec ma grand-mère et ma soeur. Ma grand-mère me demandait comment j’entrevoyais mon retour au travail. Je lui ai répondu que, comme bien des mamans, ça ne me tentait pas, mais qu’il le fallait.

Que de toute façon, je devais m’y faire, je venais de vivre mon dernier congé de maternité.

C’est vrai. «Trois enfants, ce n’est pas possible mamie». Il faudrait déménager, que je mette encore ma carrière sur pause, mais cette fois, pour beaucoup plus longtemps (quand on calcule les frais de garderie, je suis aussi bien de rester chez moi…). Et là, ma soeur qui me dit «On dirait que tu te crois pas».

Boom. Elle a raison. Je suis là en train de justifier ma peine de voir tous ces beaux moments passés avec son nouveau-né disparaître à tout jamais.

Cyber Week
Faites-vous plaisir!
Magasiner

Ma logique me rappelle bien que c’est le «bon» choix. J’ai deux beaux enfants en santé, dont un bébé miracle. On ne réalise pas à quel point la vie et la santé sont fragiles avant de risquer de tout perdre… J’ai terminé mon chapitre de grossesse sur une splendide note avec mon garçon, ce qui m’a réconciliée avec cette phase magique qui m’avait été enlevée à ma fille. Pourquoi je risquerais une troisième fois le tout?

On aime ça quand ça finit sur une belle note, non?

Puis trois enfants, ça veut dire une nouvelle maison. Un déménagement. Un changement de voiture (je suis pas très Caravan tsé). Ça veut aussi dire que ma vie professionnelle en prendrait un coup. Je n’ai pas de diplôme, ce que j’ai acquis au fil de ces 13 années, je l’ai acquis «sur le tas».

Si je quitte, je perds presque tout. Le droit est un domaine qui évolue continuellement. Les pauses sont difficiles, voire impossibles.

Mon coeur, lui, me dit autre chose. Voyons la grande, tu ne serais pas la première à réorienter ta carrière ou ta vie! Du changement, ça fait du bien, non? Ça serait l’occasion pour nous de nous rapprocher du travail de mon conjoint. On pourrait trouver une jolie maison sur un grand terrain. Je pourrais m’occuper des enfants et je pourrais trouver un petit travail à temps partiel ou simplement m’occuper de la famille et de quelques petits animaux de basse-cour?

Bien sûr, cela impliquerait des sacrifices financiers importants, mais ce n’est pas impossible.

Tant que je puisse encore voyager dans le monde à l’occasion avec mes enfants, le reste n’a pas d’importance. La possibilité de pouvoir gérer son horaire comme bon me semble est quelque chose qui me manquera grandement à mon retour au travail, je dirais même que c’est une source de stress pour moi.

Je suis à deux mois de retourner travailler. J’ai bénéficié d’un super congé de maternité où j’ai voyagé en Europe et que j’ai prolongé de quelques mois pour profiter de l’été (et faute de place en garderie hihi). J’ai hâte de revoir mes collègues et de faire travailler mon cerveau. J’ai hâte de côtoyer des gens qui parlent comme moi.

Sauf que cette fois-ci, j’ai bien de la difficulté à croire que je reviens pour mieux répartir dans quelques mois. Non, cette fois, je pense que je retourne travailler pour de bon. Et ça, ça me fait mal au coeur, je ne peux pas le cacher.

Et vous, avez-vous pris des décisions qui ont changé le cours de votre vie?

Patricia LC.