«Ça va bien aller» ou plus «Ça peut-tu finir» ???

15 février 2020, j’accouche de mon mini #2.

13 mars 2020, la Terre s’arrête de tourner.

 

Une pandémie mondiale débarque et nous voilà inquiets, désemparés, apeurés par ce contexte totalement inconnu.  


Notre quotidien est chamboulé. On a dit «ça va bien aller» en masse, on a vécu de l’espoir, on en a tiré du positif, on a goûté à un semi-retour à la réalité et un nouveau mini s’est taillé une place dans mon bedon.

 

En ce mois de janvier 2022, c’est l’apocalypse à nouveau.


Le nombre de cas explose. Les experts peinent à nous éclairer sur le fameux variant. Les gens sont fatigués. La travailleuse sociale en moi est grandement effrayée pour la santé mentale de la population. Nous avons l’impression de retourner à la case départ. Je (nous?) suis essoufflée et on va se le dire, désillusionnée de la suite. Pouvons-nous juste retrouver un équilibre individuel et social svp???

J’ai été inquiète plus que pas assez pour mon petit nouveau-né en mars 2020 et me voilà inquiète (encore), mais cette fois pour mon bébé bedon.


J’alterne entre «on vit, au pire je l’attrape et on verra» et «j’ai donc peur de l’attraper, d’être vraiment malade et que cette crevette soit affectée». Mon humeur alterne constamment (allô les hormones de grossesse) entre le lâcher-prise (le défi d’une vie comme parent) et les pensées anxiogènes qui prennent le dessus. Le cerveau qui se fait aller en boucle, c’est épuisant! Je continue de travailler, je suis en contact avec les gens malgré moi et mes enfants vont à la garderie.


J’ai peu de contrôle sur la suite, mais je tente de faire confiance. Il y a tout de même une déception de vivre une grossesse dans ce contexte anxiogène, de ne pas juste pouvoir être complètement apaisée.


On va se le dire, une grossesse, à la base, c’est déjà assez demandant, surtout quand tu as deux petits pleins d’énergie pour qui la vie continue.

Malgré tout, le temps s’arrête, le rythme effréné du quotidien, des activités et des soupers diminue pour laisser place à des bonheurs simples, les sourires de nos minis, la chance qu’on a de vivre ce calvaire avec douceur, dans le confort de notre foyer et surtout, en santé. Alors mon bébé bedon, promis, que peut-importe ce qui nous attend, on fera tout pour que ce soit doux.


Marjorie C-H

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Marjorie C-H.

Marjorie est la maman de deux garçons de 1 et 2 ans! Travailleuse sociale, elle carbure aux défis et se définit comme transparente, dynamique et engagée dans tout ce qu’elle entreprend. Le projet qu’elle chérit tendrement (quand ce sera possible!): faire découvrir le monde à ses enfants!

À découvrir

Tricoter un humain

Rituels pour célébrer les futures mamans

Dans un monde où tout va tellement vite et où on consomme beaucoup trop, revenir à l’essentiel devient impératif. En tant que Doula, je remarque le besoin criant des futures mères de se sentir soutenues, accompagnées et honorées. Les femmes ont besoin de sororité, elles ont besoin d’un village autour d’elles, plutôt que de...


Tricoter un humain

Poursuivre après l’échec

Je suis généralement une personne assez positive dans la vie, mais parfois, poursuivre, c’est nettement plus difficile qu’autre chose… Un peu comme quand on commence à essayer de concevoir, quand on commence la procréation assistée, on aime bien croire que pour nous ça ira bien! Que dès la première insémination ça fonctionnera,...


Catherine Gendron21 avril 2022