Ces choses que je n’ai pas pu faire

Je suis chanceuse. Ma fille est née à 32 semaines et 3 jours sans aucun problème de santé: un petit cœur qui battait à un rythme régulier, des poumons qui se remplissaient d’air normalement, un minuscule corps parfaitement formé.

Il y a toutefois plusieurs choses que je voulais, mais que je n’ai pas pu faire à cause de sa prématurité.

Promotion
Financement 36 mois sans intérêt
Voir la promo

Je n’ai pas pu faire le premier peau à peau, ce moment unique et si important à mes yeux, avant plusieurs heures. À peine sortie, ma fille devait être amenée à la pouponnière pour un examen complet.

Je n’ai pas pu donner la première tétée à ma fille. Je n’ai pas vécu ce moment où elle fait son chemin jusqu’au sein pour la première fois. Sans le réflexe de téter, elle devait être nourrie par gavage. Quand je suis allée la voir à la pouponnière, les infirmières lui avaient déjà inséré le tube qui passait de son nez à son estomac.

Je n’ai pas pu garder ma fille dans ma chambre. Comme elle ne gardait pas sa chaleur, elle a été placée dans un incubateur chauffé pendant près de 2 semaines. Elle était sous surveillance constante à la pouponnière grâce à des moniteurs. Des fils étaient collés sur son ventre et sa poitrine, et un saturomètre était attaché à sa cheville ou à son poignet.

Je n’ai pas pu bercer ma fille. Elle n’avait pas atteint le développement d’un bébé à terme. Tous les mouvements de va-et-vient comme bercer constituaient des risques de «surstimulation» pour son cerveau et son corps encore immatures.

Je n’ai même pas pu présenter ma fille à mes proches (règlement de la pouponnière oblige…). Seules 2 personnes (toujours les mêmes) autres que les parents pouvaient venir à la pouponnière.

Je n’ai pas pu faire ces choses, mais j’ai pu coller ma petite fille, j’ai pu créer un lien unique avec elle, j’ai fini par pouvoir l’allaiter, j’ai pu voir les médecins et les infirmières s’émerveiller devant ses progrès, j’ai pu recevoir des conseils du personnel médical, j’ai pu apprendre à réconforter mon bébé d’une simple main sur le front, d’une pression sur les mains, d’un bisou sur la tête…

Aujourd’hui, je peux bercer ma (encore très) petite fille et faire de nouvelles choses avec elle chaque jour. Elle ne cesse de nous impressionner. Elle est une championne (ma championne) depuis le jour 1!

Et vous, y a-t-il des choses que vous n’avez pas pu faire avec votre nouveau-né?

S.Karlett