«CHUT! MAMAN MÉDITE!»

La tête trop pleine de nouvelles informations, de nouvelles décisions, de nouvelles mesures, de nouveaux règlements, j’étais tellement étourdie. Les derniers mois, comme plusieurs d’entre nous, ma vie allait trop vite et trop lentement à la fois. Nous avons appris à vivre un jour à la fois, mais nous étions dans l’espoir d’un lendemain meilleur, de bonnes nouvelles, en attente de quelque chose qui serait annoncé, en attente d’une reprise de la vie «normale». Au fil des jours, des semaines, des mois, dans un temps incertain ma tête n’en pouvait plus. J’étais fatiguée, pour différentes raisons, et je ne voulais pas m’écrouler.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Ça faisait longtemps que je voulais essayer, mais vous savez, avec un fiancé, deux enfants en deux ans, des allaitements, le travail, les amis, la famille, je n’avais pas le temps.

En fait, je ne prenais pas le temps. Mais en ce moment spécial, avec le temps qui est élastique, je me suis donné cet instant, de moi à moi. J’ai commencé la méditation. Je sais, certains d’entre vous ne comprennent peut-être pas le bien-être que ça peut apporter de rester assis à essayer de vider notre tête si remplie, mais si vous saviez.

J’ai commencé cette pratique sans jugement, sans attente.

D’abord avec une méditation guidée, une voix qui me suggérait des choses sur lesquelles me concentrer, me recentrer. Au bout de quelques jours, c’était un peu plus facile. Prendre le temps de laisser ma tête faire une pause d’obligations, de responsabilités, de craintes, de joies, de planification, même si c’est cinq ou dix minutes ça fait du bien. Durant la méditation, je me permets de penser à moi, comment je me sens, les douleurs présentes dans mon corps, ma respiration. Ça semble simple, acquis, mais prendre un moment pour vraiment s’y attarder m’aide à être plus patiente avec les gens qui m’entourent.

La petite voix dans ma tête et dans mon coeur qui parle vite, qui s’inquiète des autres et de tout ce qui pourrait se passer, se calme.

Elle revient plus tard dans la journée, mais ça donne une pause à la tête d’une maman qui pense à tout ce qu’il y a à faire. Est-ce miraculeux? Non, la méditation, c’est tellement personnel. Pour certains, prendre le temps de faire la vaisselle et de ne penser à rien ou bien de coudre et d’oublier le temps représente leur méditation. Pour d’autres, c’est de s’asseoir un petit moment, fermer les yeux et juste respirer. Est-ce facile? Ça dépend des jours. Parfois la tempête de notre tête prend le dessus, mais ce n’est pas grave. La journée qui suivra sera peut-être plus facile.

Une chose est sûre, quand j’entends mon amoureux dire: «Chut! Maman médite!» je trouve ça à la fois drôle et touchant de voir que ma famille m’aide à prendre ce temps.

Un temps où tout s’arrête, où on pense au moment présent. Souvent, mes cocos finissent par venir me voir, ils se collent et je sens leur odeur, ça m’apaise, me calme.

Namasté.

Josiane