Déjà un an que t’es parti papa!

T’as jamais pu nous faire tes adieux comme tu l’aurais voulu. Quand t’as su que c’était le dernier chapitre, t’étais déjà plus tellement toi.

Il y a un an et un jour, je te demandais la permission pour que mes enfants puissent entrer dans ta chambre d’hôpital lorsqu’ils viendraient me chercher. Tu voulais pas qu’ils te voient comme ça. Je ne pouvais pas les laisser dans l’auto, leur voler leurs adieux. Pour eux, t’étais pas un papi, t’étais LE papi, le seul qu’ils ont connu, celui qui les a tous vus et cajolés le jour où ils ont atterri dans notre monde. T’étais un papi tellement cool avec tes glissades, ta poche de maïs destinée aux canards, tes talents de bricoleur et tout le reste.

Il y a un an et un jour, je t’ai fait mes adieux. Dans ma tête. Sans l’admettre.

Il y a un an, je déshabillais Marion, dans le vestiaire du CPE. Mon téléphone a sonné. Je ne réponds jamais. (Vous me l’avez souligné assez souvent!) Mais cette fois, c’est sans hésiter que j’ai pris l’appel. J’ai reconduit ma poulette de 3 ans dans son groupe. Mine de rien. Puis, j’ai rejoint mon amoureux qui m’a conduit à ton chevet. Retrouver ma mère et mon frère. Pleurer sur ton cadavre.

Tu m’as transmis tant de parcelles de toi. Ta grandeur, ton amour du chocolat, ta blancheur, ta rouille, tes histoires trop longues qui passent par Moscou pour se rendre à Québec, tes grandes oreilles à moitié sourdes…T’avais meilleur caractère que moi par exemple!

On pense à toi tout le temps.

On pense à toi lorsque mon aînée apprend qu’elle a un oral. «Tu te souviens la belle maquette que Papi-Mamie m’avait faite il y a deux ans?» Ils le répètent encore souvent les enfants «Papi-Mamie». Est-ce qu’on va fêter Noël chez Papi-Mamie? Lorsqu’ils oublient ton nom dans l’équation, je l’ajoute. J’insiste. Je ne supporterais pas qu’ils t’oublient. J’ai mis des photos partout.

On pense à toi chaque fois qu’on se balade en plein air, qu’on contemple des oiseaux. J’ai beaucoup pensé à toi au chalet cet été. Lors d’une randonnée de kayak, j’ai vu quelque chose que je n’avais encore jamais vu. Un têtard dans un état de transformation extrême. D’un côté, il avait déjà une patte, et de l’autre, un restant de queue. J’ai regardé mes enfants toute émerveillée. Ils semblaient bien plus impressionnés par mon débordement d’enthousiasme que par le batracien en question. «My God, t’es ben énervée maman!»… Toi, t’aurais compris!

On pense à toi chaque fois que le plafond coule, que le plancher décolle, que mon aînée se fâche contre le mur.

On pense à toi tout le temps!

Aujourd’hui un peu plus que les autres jours.

On t’aime!

Mélissa M.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Mélissa Meunier

Maman de trois gamins de 5 à 10 ans et la volonté de devenir famille d’accueil, Mélissa est directrice d’organisme communautaire depuis 12 ans, belle-maman de 3 beaux adultes, bientôt mamie et «mamange» de 3 espoirs envolés: la parentalité articule son quotidien avec passion et dévouement.

À découvrir

Être une famille

Chères mamans…

Qu’elle ait donné naissance physiquement ou avec le cœur, qu’elle soit présente depuis la naissance ou par union, qu’on y ajoute «belle» ou «grand», une maman pense toujours à ses petits poussins. Qu’elle ait été maman cinq fois ou une seule fois, qu’elle ait bercé un court instant cet enfant envolé trop tôt, qu’elle...


Être une famille

Jamais deux sans trois: bienvenue minou!

C’est fait, notre petite famille s’est agrandie de nouveau. Notre adorable duo de minets est devenu un super trio, à la grande joie des enfants et de la mienne (et au grand désespoir de mon chum). Après plusieurs semaines de recherches… Bingo! Nous avons trouvé la petite chatte parfaite pour se joindre à notre clan. […]


Valérie Harper5 mai 2021

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique