Dernière première rencontre

J’ai vécu ma dernière grossesse en pleine pandémie, et je n’étais pas sans me douter que j’allais donc vivre mon dernier accouchement en pleine pandémie également.

J’avoue que je me suis beaucoup questionnée tout au long de cette aventure.

J’avais bien entendu une longue liste de questions à poser à mon médecin. Ce qui est difficile quand on essaie de planifier un peu l’accouchement à venir, ce sont toutes les variables inconnues à notre équation. En pleine pandémie, il y a constamment de l’inconnu.

La première vague avait peint un portrait complexe de la gestion à domicile, mais aussi d’un séjour à la maternité.

Est-ce que papa allait pouvoir m’accompagner? Sortir et entrer de la maternité? Est-ce que j’allais pouvoir avoir quelqu’un à la maison pour garder mes trois autres enfants?

Toutes ces questions, qui explosent en même temps qu’on voit la date prévue d’accouchement approcher, amènent somme toute un certain stress de plus à gérer.

Une éclosion à la garderie au début du mois fatidique. La peur d’être isolée de mon bébé si je dois accoucher avec un test positif à la COVID. La difficulté de convaincre les proches, potentiels gardiens de mon clan, que malgré les nez qui coulent et la petite toux de mon garçon, personne sous mon toit n’est atteint du virus (résultat de test à l’appui!). Et on oublie rapidement qu’on peut envisager de l’aide à la maison avec bébé, parce que tout le monde trouve ça bien complexe.

Malgré toute cette brume d’incertitudes et de cœur serré dans la poitrine, on a hâte de rencontrer bébé.

Mon quatrième bébé. Ma quatrième rencontre. Ma dernière première rencontre.

Mon premier accouchement non provoqué. Mon premier accouchement masqué (j’ai perdu mon masque quelque part entre deux contractions…). Mon premier bébé de 8 lb. Un accouchement totalement normal, si on oublie les masques et habits de cosmonautes du personnel soignant. Un accouchement qu’on n’oublie pas.

Je suis revenue à la maison, 24 heures après mon accouchement.

Notre merveilleuse aide à la maison est partie. Les enfants ont rencontré leur petit bébé frère. L’amour s’est installé entre eux. On se confine dans notre recherche d’équilibre familial. On s’accueille en pleine pandémie, loin de tous. On rêve de voir nos proches. On acclimate le temps.

À travers toutes ces premières, je réalise aussi que c’est une série de dernières qui attend ma prise de conscience… Mais bébé d’abord!

Emmanuelle P.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
Emmanuelle Poulin

À propos de l'autrice

Emmanuelle Poulin

Emmanuelle Poulin se décrit comme la maman de 4 tornades émotives qui en mettent de toutes les couleurs dans sa vie. Elle adore l’expérience d’être maman! Elle s’intéresse à llittérature, la création, la musique et la périnatalité. Sa plume touchante et sensible explore tous les sujets que ses quatre petits humains lui donnent le privilège de vivre chaque jour.   

À découvrir

Donner la vie

Pas de réconciliation

Mon deuxième accouchement: pas une thérapie. Comme vous le savez, j’ai accouché de ma fille prématurément. À 29 semaines, pour ceux et celles qui ne m’ont pas lue jusqu’ici. J’ai vécu une grossesse très stressante avec multiples hospitalisations, des jours à attendre des réponses qui ne venaient pas et beaucoup de...


Patricia Le Caroff27 avril 2021
Donner la vie

Les «congés» de maternité

Sur ce blogue ou ailleurs, nous avons eu droit à quelques montées de lait sur la notion du congé de maternité. Plusieurs nouvelles mamans se défendent bien d’être en relâche. Des vacances? Évidemment! Un tout-inclus (à l’hôpital), des sorties quotidiennes (pharmacie, clinique, halte d’allaitement, atelier de massage ou de...


Mélissa Meunier29 mars 2021

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique