Deux beignes en plus

Il y a des journées où tout va de travers. Quand tu es parent, elles sont aussi pénibles que d’habitude, mais tu dois en plus t’assurer que l’être qui dépend de toi ait le moins de répercussions possible.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Monsieur fils avait décidé de ne pas trop dormir de la nuit. Il ne veut pas manger. Je casse une tasse qui répand son contenu sur le sol. Oh well… On doit partir pour la garderie. Je sors avec mon fils dans les bras, je me rends à l’auto et je réalise qu’il n’y a rien sur la banquette arrière. Pas de banc d’enfant. Je me rappelle qu’on a mis le banc dans l’auto de papa. Je commence à paniquer.

Fiston vit mal le retour à la garderie quand il manque une journée.

J’appelle papa. Il est en réunion. Aucune chance que je puisse récupérer le banc à temps. Je regarde l’heure, bien que la garderie soit à 30-40 minutes à pied, j’opte pour cette solution. J’appelle l’éducatrice pour dire qu’on sera en retard. Je préfère qu’il se fasse garder moins longtemps que pas du tout.

Je dépose fiston et je repars avec ma poussette vide. Je passe à côté d’un Tim Horton.

Je me dis qu’un petit cappuccino glacé me rendrait le chemin de retour moins pénible.

J’hésite parce que j’ai vraiment l’air de la chienne à Jacques. Je suis habillée tout croche, j’ai des cernes jusqu’aux genoux, on dirait qu’un ouragan a pris dans mes cheveux et j’ai clairement eu chaud. Je mets mon orgueil mal placé de côté et j’y vais.

Je rentre avec ma poussette et je commande un petit cappuccino glacé. La dame à la caisse me fait payer, mais elle revient avec un grand cappuccino glacé et deux beignes.

Avant que je puisse dire quelque chose, elle me fait un clin d’œil et me dit «C’est parce que tu es une maman qui semble avoir une dure journée».

J’ai figé devant cette gentillesse spontanée. À vrai dire, je suis passée à deux doigts de pleurer.

Avec ce geste, cette dame a transformé ma journée. J’ai eu le sourire aux lèvres et je n’ai pas pu pas m’empêcher d’être ridiculement contente d’avoir deux beignes en plus d’un upgrade de cappuccino.

C’est niaiseux, mais ça m’a aussi rassurée de savoir que les gens posent encore des gestes désintéressés et bienveillants.

Un mois plus tard, je souris encore quand je pense à cette journée qui avait si mal commencée.

Daphné C.