Devenir ce fabricant de souvenirs

À l’heure à laquelle j’écris ces lignes, je ne sais pas quelle sera la situation provinciale, nationale et mondiale face à ce menaçant virus dont on entend parler de tous côtés et qu’on nomme Covid-19. Par contre, j’avais envie ce mois-ci de vous faire entrer chez moi le temps d’une journée.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Il s’agit du jour des célébrations d’anniversaire de 5 ans de ma grande fille.

Cet anniversaire, elle l’attendait impatiemment. Il avait une signification particulière pour elle puisqu’il lui annonçait qu’elle aurait désormais l’âge d’une petite écolière et qu’alors, elle entrait dans le monde des grands. Pour célébrer ce passage singulier, nous avions planifié une belle et grande réunion de famille et d’amis au restaurant, lors de laquelle nous pourrions nous réunir dans l’amour et profiter de cette occasion pour échanger rires et bonheur. Rien ne sert de vous dire que ma grande comptait religieusement les dodos restants avant ce grand événement. C’était la première fois que je lui planifiais une fête dont elle semblait autant être conscience et prendre goût.

Mais voilà qu’un ennemi invisible a fait son apparition et nous a amenés à nous confiner dans nos demeures respectives, nous empêchant donc d’échanger physiquement toute forme d’affection. La suite du contexte, vous la connaissez déjà et je vous en épargne donc les détails.

De mon côté, mon cœur de maman se crispait à l’idée de décevoir ma princesse qui comprenait que quelque chose ne tournait pas rond dans le monde, mais qui, à l’aube de ses 5 ans, ne réalisait pas concrètement ce qui se passait sur cette planète bleue qu’elle trouve pourtant si belle.

C’est alors que mes méninges de mère se sont activées et ont demandé à ma créativité de leur prêter main-forte pour rendre cette journée aussi mémorable que possible. Après tout, ma grande le méritait amplement.

J’ai donc commencé par demander à tous ses invités de nous envoyer par la poste les présents qu’ils avaient acheté pour elle (remerciement ici à tous les livreurs et gens qui travaillent pour la poste).

De cette manière, elle pourrait tout de même les déballer le jour venu. Ensuite, j’ai planifié une séance vidéo avec chacun d’entre eux à différentes heures afin qu’elle puisse ouvrir différents cadeaux tout au long de la journée. Cela sortait donc du coutumier dépouillement lors duquel l’on consomme présents et remerciements les uns à la suite des autres. Ainsi, on a pu lui démontrer le plaisir que l’on peut vivre en savourant pleinement chaque instant, tout en créant un moment d’échange unique entre notre fêté et chacun de ses proches. Quelle chance de pouvoir communiquer de manière virtuelle!

Ensuite, je devais penser aux décors.

Ma princesse m’avait demandé une fête de la Reine des Neiges 2 (le 2 étant très important). Par contre, dans le contexte de la Covid-19, il m’était impossible d’aller magasiner des items bon marché, ce que j’aurais fait en temps normal. Alors, le soir précédant le jour J, lorsque les enfants furent couchés, moi et mon conjoint avons sorti du papier construction, des ciseaux et des feutres pour fabriquer une ambiance aussi festive que possible en nous inspirant de joyeux personnages nordiques. Au passage, lors de cette exécution qui dépassait largement nos compétences respectives, nous avons vécu plusieurs moments de fous rires qui nous ont fait un bien inestimable! Et puis, chapeau à mon chum qui a gonflé 50 ballons en un temps record sans aucune crise d’hyperventilation 😛 .

Puis, que serait un anniversaire sans gâteau?

Après m’être transformée en organisatrice d’événements et en artiste, voilà que je devais aussi m’improviser pâtissière, moi qui n’avais jamais tenté le coup de créer un gâteau de fête auparavant. J’ai donc retroussé mes manches et réussi à réaliser une sucrerie aux couleurs froides sur laquelle j’ai dessiné un gros flocon en glaçage et illustré le chiffre 5. Par la suite, lorsque l’heure de souffler les bougies arriverait, nous avions préalablement orchestré un appel vidéo regroupant une vingtaine de ses intimes qui ainsi, étaient prêts à entamer le chant d’anniversaire avec nous.

Résultat?

Bon, je ne peux pas qualifier nos accomplissements comme ayant été parfaits, mais ils ont toutefois été exceptionnels, car non seulement cette situation nous a permis de nous sortir de notre zone de confort, elle nous a aussi accordé la chance d’être les parents d’une petite fille qui fut enchantée par le caractère personnalisé de sa journée d’anniversaire.

Somme toute, non seulement les conditions qui nous étaient imposées nous ont amenées à nous ramener à la base et alors, à apprendre à faire avec ce que l’on a, cela nous a aussi ouvert la porte à prendre le temps.

Grâce à ce tempo plus lent, nous avons offert différentes attentions à notre grande fille. Celles-ci n’auraient pas eu ce caractère si singulier dans le contexte régulier de nos vies. Nous en avons conclu qu’il y a aussi du beau dans l’adversité, et qu’au sein de la force que forme notre implication parentale mise au carré, nous avons un grand pouvoir, soit celui d’être des fabricants de souvenirs.

Noëmie B.