Devenir une maman écoresponsable

Comme dirait Elodie Poux, humoriste, « Mettre un enfant au monde, surtout en ce moment, c’est de l’égoïsme pur. Je lui offre la Covid, la crise, la pollution et le désespoir humain le plus total, mais moi ça me fait plaisir ».

Alors quand on tombe enceinte, on a le droit de se poser la question de notre impact sur la planète.

On le sait, un bébé, même petit, pollue à sa façon. Entre les couches, les vêtements, les jouets… on n’a pas fini de consommer et de jeter.

Dans cet article, je vous propose quelques astuces que j’ai moi-même appliquées au possible pour mon bébé et ma famille pour revenir à l’essentiel et aller vers une démarche écoresponsable.

Je ne suis pas encore rendue au zéro déchet, mais pour celles et ceux que ça intéresse c’est tout à fait possible!

Attention, je ne dis pas que c’est absolument ce qu’il faut faire et je ne juge pas celles et ceux qui ne sont pas rendus dans cette démarche!

 

Niveau 1 : débutant

  • La simplicité : n’avoir que les essentiels

Quand on prépare l’arrivée de bébé, on se perd vite sur les sites qui nous vendent des choses indispensables, ô combien couteuses et finalement inutiles sur notre liste de naissance. Bien sûr, ça se peut qu’on se fasse offrir des objets qu’on n’avait pas forcément demandés, mais ça fait partie des aléas des cadeaux. On les accepte et si jamais on ne les veut pas, on les donne aux prochains.

Bébé d’été ou bébé d’hiver, on n’a pas besoin de 30 000 affaires au début. Ici on a pratiqué l’emmaillotage (qui nous a sauvé bien des siestes et des nuits).

Bébé adorait être enveloppé dans une couverture comme s’il était encore serré dans mon ventre. Du coup, pas besoin de l’habiller avec autre chose qu’un body ou un pyjama. En plus le lange que l’on utilise, peut ensuite servir de tapis de change, de couvre-poussette, de tapis de jeux au parc, de couvre épaule à régurgitations et j’en passe!

Pour ce qui est des essentiels, il y a toujours moyen de penser à long terme.

Par exemple, chez nous, le lit de bébé est une bassinette évolutive en lit d’enfant jusque ses 3 ans, notre meuble de changement de couches, fait aussi office de commode et notre achat de poussette a été pensé dans ce même ordre d’idée avec un ensemble coquille + poussette qui sert pour un petit couché, mais aussi un plus grand assis.

  • Utiliser des produits bons pour l’environnement et sains pour le corps

Du côté de la salle de bain, enceinte, c’était ce que je souhaitais le plus pour mon bébé: ne pas le tartiner de produits toxiques et prendre soin de lui avec les meilleurs items, bons pour sa peau, mais aussi bons pour notre Terre.

Cela me semblait une évidence de trouver pour sa toilette, des produits naturels, sans perturbateurs endocriniens ni produits chimiques.

Sachant que le bain d’un nouveau-né ne s’impose pas tous les jours, pas besoin de beaucoup de produits dans la salle de bains.

Comme je l’ai dit au début de mon article, j’essaye d’être écoresponsable le plus possible. Cependant, je n’ai pas été jusqu’aux lingettes réutilisables avec liniment pour les fesses de bébé, mais j’ai trouvé une alternative de lingettes jetables faites de bambou contenant des produits 100% naturels.

Du côté des jouets, j’ai maximisé le plus possible les jeux en bois, bien plus beaux que ceux en plastique des grands magasins et bien moins dangereux, car les jouets en plastique peuvent contenir des substances dangereuses pour bébé qui met tout à la bouche!  De nombreuses marques québécoises sont dans ce mouvement-là et proposent des jeux fantastiques pour nos bébés et nos petits!

Si vous le souhaitez, vous pouvez encore aller plus loin du côté de la chambre en utilisant le plus possible des matériaux naturels en bois, bambou, etc., voire même de la peinture bio et écologique pour les murs!

 

Niveau 2 : intermédiaire

  • Pratiquer le seconde main

Les maisons débordent d’affaires qui peuvent se passer à d’autres familles ou vendues à moindre prix à d’autres parents. Les bébés grandissent vite et la plupart du temps l’utilisation d’un item ne se fait pas jusqu’à destruction de celui-ci!

Nous avons récupéré énormément de linge unisexe d’amis et de famille, si vous êtes seul(e)s, il existe des friperies ou même des groupes Facebook qui vendent des articles en excellent état à moindre prix.

Récupérer ou acheter d’occasion des vêtements, des livres, des jeux, permet de réduire son impact environnemental par la non-consommation de matières premières que la seconde main implique.

  • Opter pour le durable

Un des critères qui m’a fait me battre pour mon allaitement était le côté environnemental de la démarche. Je crée mon propre lait et je choisis la solution zéro déchet par excellence pour mon bébé.  Je suis tout à fait consciente que ce n’est pas un choix pour tout le monde ou que ça n’est pas possible pour tout le monde. Pour nourrir notre bébé, on peut préférer les biberons en verre ou en inox plutôt que ceux en plastique. Cette option peut également rentrer dans notre désir de voir à long terme, car les biberons en verre peuvent ensuite servir de gourde pour notre bambin.

 

Niveau 3 : expert : l’utilisation des couches lavables!

Les études le montrent, de la naissance à la propreté, un enfant aura besoin de 4 000 à 5 000 couches et produira environ une tonne de déchets.

Les couches jetables mettent malheureusement plus de 400 ans à se décomposer et il n’existe pas encore de véritable filière de traitement de ce déchet.

Avec le Papa, nous avons donc fait le choix de nous tourner vers les couches lavables pour plusieurs raisons:

  • Le côté financier : un paquet de couches jetables par semaine à 30$ comparativement à un ensemble de couches lavables et produits utiles pour leurs entretiens à 500$, le calcul a été vite fait. De plus, si on reste dans le seconde main notre ensemble pourra être vendu à une autre famille désirant choisir cette méthode et si nous avons un deuxième enfant, pas besoin de racheter le matériel nécessaire!
  • Le côté environnemental : moins productrices de déchets, les couches lavables ne contiennent aucun produit chimique. En plus, la peau de bébé est au contact du lin, du bambou ou du coton!
  • Le côté glamour : les couches lavables, on va se le dire, sont trop belles! Il y en a pour tous les gouts et bébé a toujours ses fesses stylées!

La couche lavable peut sembler compliquée au quotidien, mais avec une simple organisation, elle peut devenir très simple et facilement être intégrée à la routine hebdomadaire.

Je le redis, j’essaye d’être une maman écoresponsable, mais nous avons fait le choix d’utiliser les couches lavables en système hybride avec les couches jetables.

C’est déjà un gros changement et une grande adaptation de devenir parents, que nous n’avions pas envie de nous mettre de pression avec l’unique utilisation des couches lavables au départ.

Au final, même si tout n’est pas parfait à la maison, nous avons adapté notre démarche vers le moins de déchets possible en fonction de notre style de vie.

Ça nous tenait à cœur et c’est un point que l’on souhaite aussi transmettre à notre enfant. Le mot d’ordre par contre dans ce choix de vie c’est de lâcher-prise sur ce que les autres ont à offrir pour notre bébé et d’essayer de faire comprendre nos valeurs à nos proches.

 

Sans jugement, faites-vous de votre côté des petits gestes pour l’environnement en préparation ou depuis l’arrivée de bébé?

 

Eloïse H.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Eloïse Houpert

Eloïse est française. Elle s’est expatriée au Québec en 2017 pour ce qui devait être un voyage de 6 mois, mais le destin en a choisi autrement. Depuis, elle a rencontré l’homme parfait québécois et est devenue maman d’un garçon pendant la pandémie de la COVID en novembre 2020.

À découvrir

Faire la différence

Plus qu’une histoire d’amour… une...

Je dis souvent à la blague que mon plus gros problème d’horaire dans la vie vient du fait que j’ai beaucoup trop d’amies. Je dois constamment jongler entre mon envie de voir l’une et mon besoin de voir l’autre. Entre mon envie d’enfin me reposer et mon envie de voir toutes celles que je n’ai […]


Marie-Soleil Fortin30 juillet 2022
Faire la différence

Hommage à la maman qui demande de...

Dans le cadre de plusieurs de mes emplois, j’ai eu la chance d’accompagner certains parents dans leur envie de s’améliorer et d’offrir le meilleur à leurs enfants. J’ai eu la chance de conseiller des mamans qui cherchaient des réponses à leurs questions et qui étaient suffisamment réalistes pour savoir qu’elles avaient besoin...


Vivez l’expérience

En ligne et en boutique

Les plus consultés