Dire au revoir à l’allaitement

L’allaitement. Qui aurait pensé que je serais autant déchirée et peinée en réfléchissant, ne serait-ce qu’un instant, que le tout n’est qu’une étape comme une autre ayant un début, et une fin.

Le début me réjouit, mais c’est la fin qui m’affecte pas mal plus que je ne l’aurais imaginé.

J’ai passé 9 longs mois à espérer que mon bébé soit capable de boire au sein, et ce, dès ses premières secondes de vie.

9 mois à me dire que l’allaitement de mon 2e enfant allait être aussi simple et beau que celui de mon premier.

Je n’en étais pas convaincue, puisque je sais que tous les enfants sont différents; et je ne parle pas seulement du physique, mais aussi des préférences, des caractères, des personnalités et j’en passe. Toutefois, je préférais tout de même miser sur la pensée positive, que de vivre dans l’incertitude constante.

J’avoue être vraiment chanceuse, car oui, ce fut aussi facile que ma première expérience; bien qu’elle n’ait durée que 6 mois, puisque mon enfant en avait décidé ainsi.

Maintenant que princesse vient de franchir ce même cap, l’émotivité et la nostalgie me rattrapent en laissant s’installer le début du deuil de cette fin d’étape. Je suis en train de revivre, tranquillement, ce même chagrin par lequel je suis passée, il y a maintenant 3 ans de cela lorsque mon garçon avait décidé que c’était fini, sans donner de préavis.

Je repense à toutes ces heures de regards soutenus et remplis d’amour pendant lesquelles j’avais ma fille au creux de mes bras, durant ses nombreuses pauses repas.

Cette simple pensée, bien que de courte durée, à quand même eu le temps de générer, bien malgré moi, une petite larme qui a terminé sa course sur la toute petite joue de ma princesse qui elle, me jette un regard des plus sincères, des plus beaux, des plus tendres et doux comme seuls mes enfants savent le faire.

Je repense à toutes ces fois où seulement l’allaitement pouvait l’apaiser, la réconforter et la sécuriser.

Je sais qu’elle grandit, qu’elle vieillit et que ce n’est qu’une des premières étapes de son développement, mais SVP comprends moi.

Je nage en plein déni.

Je suis, d’une part, complément émerveillée au simple fait de l’imaginer avancer vers moi en faisant ses premiers pas, et d’autre part, tellement triste de devoir dire au revoir à l’allaitement qui, pour moi, est mon premier vrai rôle dans ma vie de maman.

L’allaitement aura énormément contribué à ce lien si puissant que j’ai la chance d’avoir avec mes petits. Je ferai tout mon possible pour qu’il en soit ainsi le restant de ma vie.

J’écris ces lignes les yeux dans l’eau, ma princesse s’étant endormie dans mes bras pendant une autre de ces belles séances quotidiennes d’allaitement.  Je suis prête pour les prochaines étapes.

À toi, Allaitement. Ce fut plus qu’agréable, mais je te dis maintenant au revoir. C’est difficile, mais comme on dit, un peu trop à la légère sans doute, toute bonne chose à une fin. Si un jour la vie fait en sorte que d’autres «mini moi» voient le jour, nous nous recroiserons, à mon plus grand bonheur.

 

Geneviève F.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Geneviève Fortier

Maman de 2 petits cocos, un de 3 ans et une princesse de près de 3 mois, je vis mon congé de maternité dans l’amour de ma famille. Aimant voyager, explorer, apprendre et découvrir, j’ai un horaire assez rempli, mais diversifié. J’adore la vie, mais surtout la vivre. 😊

À découvrir

Donner la vie

Perdre son ventre de grossesse

Combien sont celles qui se sont déjà posées cette question? Cette question que l’on souhaite répondre avant même d’avoir un surplus de poids post-partum. Qu’il soit minime ou plus important, pourquoi donner autant d’importance à cette simple question? Moi-même, je me suis souvent interrogée pour connaître la solution miracle. Les...


Geneviève Pelletier6 novembre 2021
Donner la vie

J’ai réussi mon AVAC (Accouchement...

Bien que je partisse de très loin, mon premier accouchement s’étant soldé par la mort de mon bébé à la suite d’une césarienne d’urgence, j’ai souhaité un accouchement vaginal et je l’ai réussi. Pour atteindre cet objectif, j’ai dû me laisser mourir à quelques idéaux, dont celui d’accoucher à la maison de naissance et de...


Pénélope Roberge
Pénélope Roberge19 octobre 2021

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique