Ensevelie sous une couverture, je n’entendais pas ta voix

Ce texte m’a fait énormément de bien à écrire: j’ai pu vider mon sac et j’espère maintenant pouvoir dormir plus paisiblement.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Un accident, un bête accident… Ma pauvre amour. Je suis désolée. 

J’ai toujours été trop craintive pour dormir avec mes enfants, mes jeunes enfants.

J’allaitais dans le salon, de peur de m’endormir dans mon lit. Ça a toujours bien fonctionné. Parfois je m’assoupissais sur le fauteuil, assise, raide comme une barre, avec bébé en sécurité. 

J’ai eu mon deuxième bébé quand ma première enfant avait 2 ans. Pas facile le 2 ans! J’avoue, je trichais un peu. Bébé et moi, on se collait dans le lit le matin, vers 6h, et on s’endormait. Moi et mes craintes, on calculait tout, l’oreiller ici avec le bras là et dormir à moitié. Si elle bouge, je la sens…

Mais cette nuit-là, j’étais dans les vapes.

Je t’ai donné ton biberon dans le lit, comme on fait depuis quelques mois déjà. Je n’avais rien pris, je n’avais pas bu, j’étais juste épuisée, beaucoup plus que je croyais. 

Je m’en souviendrai toujours, je me suis éveillée et je te cherchais du regard. J’ai senti un poids sur mon bras, mon bras caché sous la grosse couverture du lit. Mon cœur a fait trois tours, j’ai soulevé la couverture et tu étais en sueurs, mais tu dormais et respirais paisiblement.

Elle va bien, Dieu merci. J’ai si mal en dedans, mais toi, tu vas bien.

Anonyme