Épopée d’une patate

La patate, c’était le surnom qu’on avait donné à mon fils. Ne nous lancez pas tout de suite des roches! C’était une façon pour nous de dédramatiser la situation. Dans mon premier texte ici, je racontais le marché que j’avais passé avec mon fils la semaine de sa naissance. Nous avions passé notre première semaine aux soins intermédiaires à cause de son rythme cardiaque irrégulier.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Je terminais mon texte en disant que nous avions reçu son congé de l’hôpital, mais notre aventure ne s’est pas terminée là.

Nous avons été dirigés en cardiologie à l’externe. Heureusement, ce chapitre finit bien. Cependant, nous avions été conseillés de ne pas trop le stimuler physiquement jusqu’à ce qu’on reçoive le feu vert. Mon fils avait deux mois et demi lorsque nous l’avons eu. Par la force des choses, un retard moteur important s’était installé.

Physiothérapie combinée à des cours d’éveils, vers ses 8 mois mon fils avait comblé une part importante de son retard. Lorsqu’il a appris à se tenir debout, tout le reste est arrivé très rapidement. Cette semaine, nous avons reçu la nouvelle que mon garçon de 18 mois était maintenant en avance. Il fait certaines choses que les enfants de deux ans ne font pas encore! Je me dis parfois qu’il compense pour les longs mois où il n’a pas réussi à faire ce qu’il voulait.

Je raconte cette histoire pour donner de l’espoir.

Ce fut un chemin parfois pénible. Les retards de développement à un très jeune âge sont très inquiétants. Ils sont aussi mal compris. Je ne compte plus le nombre de fois que quelqu’un a banalisé la situation. Les phrases types: «Chaque bébé a son rythme», «Il va marcher à 18 ans tu vas voir» ou même «Ton médecin veut juste t’inquiéter» je les ai toutes entendues. Alors qu’en voyant mon fils avec des enfants de son âge, son retard moteur était évident et me fendait le cœur.

Aujourd’hui, ma patate n’est plus une patate. C’est plutôt un Speedy Gonzalez!

Je ne remercierai jamais assez les merveilleuses professionnelles qui ont rendu ça possible. Si jamais vous avez un doute ou que votre médecin soulève un doute, consultez! Avec les bonnes ressources, le stress occasionné se transforme en immense fierté, vous verrez.

Daphné C.