L’importance d’essayer avant d’acheter

Acheter un porte-bébé, ça peut sembler facile… un achat comme un autre… on magasine un peu, on en voit un qui nous plait et puis voilà, on l’achète. Dans les faits par contre, ce n’est pas tout à fait la bonne manière de procéder.

_MG_3850-copy

Premièrement, il faut savoir qu’aucun porte-bébé, tout type confondu, n’est parfait et donc, qu’aucun porte-bébé ne peut être “le porte-bébé idéal” pour TOUS les porteurs. Chaque porte-bébé est conçu selon une structure et des caractéristiques qui lui sont propres et selon la clientèle que le manufacturier souhaite atteindre.

En conséquence, certains sont mieux adaptés aux personnes plus minces, alors que d’autres conviennent mieux aux porteurs de forte taille. De même, certains moyens de portage sont mieux adaptés aux nouveau-nés, d’autres spécialement conçus pour les longues randonnées et d’autres encore sont dédiés au portage de courte durée. Il est donc important de réfléchir à ce que l’on souhaite faire avec notre porte-bébé, AVANT de partir à l’aventure dans les boutiques!

Malheureusement, je vois beaucoup (trop) de gens demander des conseils du type « quel est le meilleur préformé? » sur les réseaux sociaux, et trop peu de gens prennent la peine de questionner l’auteur sur ses besoins et ses motivations, avant de faire une suggestion. En ce sens, consulter une monitrice de portage certifiée dans le but de déterminer vos besoins est selon moi LA PREMIÈRE ÉTAPE à franchir avant de commencer vos recherches du porte-bébé parfait. Sachez d’ailleurs que chez Agatha, deux des membres du personnel sont des monitrices certifiées par la Canadian Babywearing School, alors n’hésitez pas à les contacter si vous avez des questions!

Parlons shopping!

Voilà, vous avez les informations pertinentes et avez déterminé vos besoins en matière de portage : vous savez maintenant quel type de porte-bébé vous recherchez (écharpe, Ring Sling, Mei Tai, Préformés, etc.). Il vous faut maintenant essayer quelques modèles, selon le type de portage choisi (car oui, il en existe plusieurs, pour chaque type!). Vous vous rendrez donc en boutique pour voir ce qui s’offre à vous.

Je vous donne un exemple que l’on observe CHAQUE SEMAINE, dans les boutiques spécialisées en portage : Rolande (nom fictif!) arrive en boutique avec bébé Eugène (toujours aussi fictif!), âgé de 10 mois. Son conjoint Rodrigue (oui, oui, fictif aussi!) n’a pas voulu se déplacer, mais lui a mentionné qu’il aimerait « quelque chose de pas compliqué », puisqu’il aimerait lui aussi pouvoir porter le petit Eugène pour faire de la randonnée cet été. De son côté, Rolande souhaite faire l’essai du modèle X, parce que sa voisine en a un et qu’elle le lui a chaudement recommandé. Rolande arrive donc en boutique vers 11h30, avec bébé Eugène.

Rolande discute donc avec la conseillère de la boutique, qui lui montre 3 modèles de préformés qui correspondent à son budget et à sa morphologie. Rolande demande à essayer également le modèle X qui lui avait été recommandé. Qu’à cela ne tienne, l’essayage débute : Rolande installe Eugène dans le préformé X, avec l’aide de la conseillère, mais Eugène pleure beaucoup et Rolande doit le retirer du porte-bébé pour le calmer. Croyant qu’il s’agit d’un porte-bébé moins confortable pour bébé (et visiblement déçue), elle installe donc Eugène dans le préformé A, mais comme Eugène pleure toujours après 5 minutes de « ballade », elle le retire du porte-bébé pour changer sa couche. Il est maintenant 11h50 et Eugène commence à avoir faim, mais Rolande n’avait pas prévu diner à l’extérieur, alors elle se dépêche d’installer bébé dans le préformé B. Tout en essayant de calmer bébé, elle se tortille et tente de trouver son confort, mais sans succès et avise la consultante que comme Eugène non plus ne semble pas aimer ce modèle, elle souhaite essayer le modèle C, mais elle doit d’abord allaiter Eugène, qui a trop faim. Elle revient donc 30 minutes plus tard, pour réessayer le modèle A d’abord, et le trouve à son goût, mais n’est pas certaine qu’il fera aussi bien à Rodrigue, qui est beaucoup plus grand qu’elle. Elle préfère le modèle X, mais n’est pas certaine qu’Eugène l’aime, puisqu’il pleurait lorsqu’installé dedans. Allez hop!, on essaie de nouveau le modèle B, mais Eugène se met à pleurer, visiblement exténué. Il s’endort finalement dans le porte-bébé que Rolande trouvait le moins confortable et le moins beau, et déçue, elle ne sait plus quoi penser.

Vous êtes essoufflés? Moi aussi! On le serait à moins!

crise essai porte-bébé

Malheureusement, Rolande (et Eugène!) ne semblent pas avoir vécus une belle expérience de magasinage, pas plus qu’ils n’ont trouvé le porte-bébé qui leur convenait. Rolande est donc repartie à la maison bredouille et Eugène, fatigué.

Voici quelques petits trucs que Rolande aurait pu appliquer pour que son expérience de magasinage soit plus agréable :

  •  Arriver en boutique après la sieste de bébé, plutôt qu’avant
  • Nourrir bébé avant de débuter l’essayage (que ce soit à la boutique ou avant de partir de la maison)
  • S’assurer que la couche a été changée avant le début des essais
  • S’assurer que bébé est bien, qu’il n’a n’y trop chaud ni trop froid, etc.

Je suis certaine que tout cela vous semble bien évident, mais quand il est question de faire l’essai d’un porte-bébé, il faut aussi penser qu’on devra « embarquer/débarquer » bébé plusieurs fois et qu’il est possible qu’il n’aime pas être porté au tout début, ne connaissant pas cela.

photo portage

Plus la durée des essayages sera courte, plus bébé sera confortable et à l’aise (dans ses vêtements, dans sa couche et dans son bedon!), et plus l’expérience risque d’être agréable pour maman et bébé!

De plus, plusieurs mamans pensent à tort (dans des situations comme celle de Rolande), que bébé n’aime pas le porte-bébé essayé parce qu’il pleure ou se tortille, alors que souvent, son comportement est en lien avec tout autre chose.

Réduire au maximum les « facteurs d’inconfort » possibles est définitivement le meilleur moyen de s’assurer que les réactions de bébé indiquent un réel confort ou inconfort lié au portage, plutôt qu’à des facteurs comme l’alimentation ou la fatigue.

N’oubliez pas non plus que votre choix de porte-bébé devrait davantage se baser sur les résultats de vos essayages (votre confort, celui de bébé, votre budget vs le prix demandé, vos besoins vs ceux que comblent le porte-bébé, etc.) qu’uniquement sur le look du modèle choisi. Je vous le garantis, si beau soit votre porte-bébé, s’il vous fait mal ou vous rend inconfortable, vous ne le porterez pas et ne l’aimerez pas!

N’hésitez pas à demander conseil à une monitrice certifiée et surtout, n’hésitez pas à revenir essayer le porte-bébé à un meilleur moment (avant d’acheter), si votre bébé n’est pas disposé au moment de l’essayage ou que vous n’êtes pas certaine de votre choix. Un porte-bébé adapté à vos besoins et à votre morphologie pourrait non seulement vous permettre de faire bien des activités, mais il vous durera très longtemps et vous l’utiliserez pleinement! Ça, c’est un achat rentable!