Et si la pandémie nous faisait du bien?

Je m’étais juré de ne jamais écrire sur la pandémie; ne jamais dire jamais!

J’éprouve un certain inconfort intérieur au contact de tout ce qui touche le sujet de la pandémie.

Sensationnalisme, négativisme, surutilisation du mot «normal», exaspération telle qu’on en vient à se réjouir du malheur des autres, ceux qui ne sont pas dans notre «clan».

Résilience. Ce qu’on l’a entendu ce mot.

Nos plans qui n’ont fait que changer, nos traditions se sont modifiées, les familles qui ont dû jongler avec la réalité d’être parent et travailleur à la maison en même temps. Les malades, les morts.

C’est tough, on va se le dire. Mais à force de se le répéter, ça creuse toujours la même tranchée.

On creuse et on nourrit le chemin du négativisme plutôt que de prendre l’autre chemin, celui moins balisé et moins évident.

Faisons l’exercice. Je fais partie de celles qui, à en croire les médias, seraient à plaindre; j’ai vécu ma grossesse en pandémie, accouchée en pandémie et vécu la première année de vie de ma fille en pandémie.

J’ai eu à réinventer mon emploi 1 000 fois en 2 ans, à vivre au gré des conférences de presse m’annonçant sans cesse que mon emploi principal (professeure de yoga) n’était pas «essentiel». À organiser des sorties en plein air avec ma compagnie, puis à désorganiser ces mêmes sorties.

Mais tout est une question de perspective.

  • J’ai vécu ma grossesse tranquille, à la maison, à me reposer, réellement.
  • J’ai accouché sans avoir eu à me soucier des nombreux visiteurs qui seraient venus me voir (et à bien y penser, s’il y a un moment où je n’aurais voulu voir personne c’est bien celui-là!).
  • J’ai vécu les premières semaines dans un petit cocon d’amour, à apprivoiser mon nouveau rôle et à ne pas avoir à me soucier de la perfection de ma maison.
  • J’ai été là à 100% pour ma fille. Pas à planifier des vacances ou des sorties, pas à développer des projets pour ma compagnie, pas à être dispersée.
  • J’ai grandi grâce au support de ma famille; celle de sang comme celle de cœur.
  • J’ai transmis à ma fille ma passion pour le plein air. L’importance du contact avec la nature pour notre santé mentale.
  • J’ai renoué avec l’idée que tout est cyclique. Que cette période passera, un jour ou l’autre.
  • Ma fille a appris à lire les yeux. Elle sait reconnaitre des yeux souriants derrière les masques à l’épicerie.
  • J’ai pris du recul; sur moi, sur mes valeurs, mes objectifs, sur ce que j’aime réellement et qui me remplit.
  • J’ai un papa à la maison qui voit sa fille grandir, minute après minute.

Bouddha a dit: «Il n’existe rien de constant si ce n’est le changement.»

Embrassons ce que nous pouvons de ce changement.

 

Stéphanie B.

 

 

 

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Stéphanie Benoit

Nouvellement maman de Gabrielle, Stéphanie a plongé dans la maternité avec la même passion qui l’anime pour tous ses projets. Et s’il y a une chose qui l’accompagne dans tout ce qu’elle entreprend, c’est l’authenticité. Fondatrice de Mouvement Montagne, yogi et professionnelle en communication, elle publie son premier roman en 2020, La Fuite.

À découvrir

Être une famille

Mon bébé marsupial

À la maison, on fait parfois des bilans familiaux. Pour exprimer le pire et le meilleur. Le pire me surprend rarement. Je l’ai déjà remâché tout le mois. Mais le meilleur!? J’ai beau avoir cuisiné des repas thématiques gargantuesques ou avoir organisé des sorties exceptionnelles, ce dont mes enfants me parlent est ce petit moment...


Mélissa Meunier15 août 2022
Être une famille

Trucs et astuces pour une rentrée...

D’aussi loin que vont mes souvenirs, j’ai toujours été emballée par la rentrée. L’effervescence qui m’envahissait quand la fameuse liste d’effets scolaires arrivait! J’avais toujours hâte à ce moment! L’odeur du matériel neuf, prendre le temps de tout préparer, étiqueter, placer le tout dans mon sac d’école, j’ai...


Mélanie Julien
Mélanie Julien26 juillet 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique