Et si tu n’existais pas

Et si tu n’existais pas (Joe Dassin, 1975)

Mon amour,

Un jour viendra où tu me demanderas peut-être si c’était une bonne idée d’avoir un enfant en pleine pandémie? À cela je souhaiterai te donner une multitude de raisons, mais je ne vois que la plus importante; pour que tu le rencontres, lui.

Celui qui, depuis des années, attendait le jour où son cœur exploserait dans sa poitrine à l’annonce de ton arrivée.

Celui qui, à cause des mesures sanitaires, a dû vivre toutes les étapes importantes de cette grossesse à distance, mais qui a su se réinventer pour combler son absence.

Celui qui ne t’a pas senti grandir dans son ventre, mais qui a toutefois vu ses pantalons rétrécir, boudé la balance plus d’une fois et dévalisé les étals du rayon volaille pour calmer ses fringales alimentaires.

Celui qui n’a pas voulu manquer une seule occasion de créer un lien avec toi, comme en souhaitant participer au cours de yoga prénatal, en portant un bola de grossesse et en lisant «Tout ce qu’il faut savoir sur la maternité».

Celui qui a fait une étude de marché sur les modèles de poussettes et les sièges autos.

Celui qui a veillé quand ça n’allait pas, qui a apaisé bon nombre de situations, qui a cédé à de nombreux caprices avec une patience d’ange, qui s’est transformé en homme de ménage, masseur, cuisinier et j’en passe, tout ça dans le seul but de rendre ta croissance plus agréable.

Celui qui chaque matin et soir, sans exception, s’est entretenu avec toi, t’a raconté des blagues, fait des bisous qui pètent et murmuré quelques secrets.

Celui qui, un crayon dans une main, un appareil photo dans l’autre et la tête pleine d’idées, a fait de toi sa muse alors qu’il ne t’avait même pas encore rencontré.

Celui qui dorénavant conjugue tous nos projets futurs non plus à deux, mais à trois. Celui qui ne trouve pas de mots pour décrire combien il t’aime.

Tu auras donc compris, mon amour, que pandémie ou pas, la plus belle raison pour laquelle tu es venue au monde c’est pour le rencontrer, ton papa.

 

Manon N.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
Manon Nayrac

À propos de l'autrice

Manon Nayrac

Future maman en devenir, je suis arrivée au Canada début 2020 avec mon amoureux. Je suis une bonne communicante, j’aime rire (et faire rire) et les plaisirs simples: une bonne bouteille de vin, de la compagnie et des nuits d’été. Détail important, je suis fan de Céline Dion! 🙂

À découvrir

Tricoter un humain

Rituels pour célébrer les futures mamans

Dans un monde où tout va tellement vite et où on consomme beaucoup trop, revenir à l’essentiel devient impératif. En tant que Doula, je remarque le besoin criant des futures mères de se sentir soutenues, accompagnées et honorées. Les femmes ont besoin de sororité, elles ont besoin d’un village autour d’elles, plutôt que de...


Tricoter un humain

Poursuivre après l’échec

Je suis généralement une personne assez positive dans la vie, mais parfois, poursuivre, c’est nettement plus difficile qu’autre chose… Un peu comme quand on commence à essayer de concevoir, quand on commence la procréation assistée, on aime bien croire que pour nous ça ira bien! Que dès la première insémination ça fonctionnera,...


Catherine Gendron21 avril 2022