Hymne au printemps

En attendant le premier crocus, je m’émerveille devant les perce-neiges qui chassent la grisaille de mars tout en profitant des derniers soubresauts de l’hiver.

Contempler la neige qui se retire et dévoile un sol jaunâtre et accueillir la dernière tempête avec la joie d’un enfant qui voit ses premiers flocons.

Espérer la canicule et le facteur humidex, les soirées au bord de la piscine en restant nostalgique des jours froids et du refroidissement éolien.

Le mercure oscille entre les moins dix et les quinze degrés, le matin je pousse les enfants hors du nid en habit de Ski-Doo et le soir, ils reviennent avec tout leur arsenal sous le bras.

Ils troquent les bottes d’hiver pour les bottes de pluie et courent jouer dehors, sauter à pieds joints dans la plus grosse flaque d’eau du monde, lancer le ballon avec le petit voisin, sauter à la corde à danser pour enfin rentrer souper tout éclaboussés d’une matière suspecte propre à l’entre-saison québécoise.

Ce temps de l’année où l’on sort d’une longue hibernation, où tout semble merveilleux, surtout les rayons de soleil, les journées qui s’allongent une minute à la fois, les oiseaux qui gazouillent au petit matin, les premières fleurs, le premier bouquet de pissenlits sur le centre de table.

Ce bouquet plus jaune que jaune, un éclat de couleur sur une photo en noir et blanc. Vient ensuite le temps où les premiers bourgeons d’un petit vert tendre et lumineux apparaissent en même temps que les premiers effluves du lilas se répandent dans la ville. Le paysage camaïeu laisse place à l’abondance de teintes, de nuances et de couleurs, fin de la saison monochrome.

Enfin les voisins qui dégèlent tranquillement, les cris d’enfants qui reprennent possession des rues.

Les jours de plus en plus doux qui s’amorcent, la frénésie qui s’empare de nous, cette envie irrépressible de jouer dehors, de casser la glace, de la faire disparaître avec la pensée magique que ça amènera l’été, les vacances…

 

Pénélope

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
Pénélope Roberge

À propos de l'autrice

Pénélope Roberge

Mère de deux tornades tropicales et d’un petit ange qui veille sur la maisonnée. Diplômée en création littéraire, Pénélope écrit depuis qu’elle peut tenir un crayon. Elle adore raconter des histoires, réfléchir à la société ou écrire dans ses carnets de voyage.

À découvrir

Être une famille

L’inévitable: les virus de la garderie

Le début de la garderie est définitivement un gros défi pour tous les parents. Les microbes s’attaquent à nos tout-petits les uns après les autres sans répit. Aujourd’hui, je ne vous parle pas de ce sujet que j’ai déjà abordé dernièrement. Je vous parle de la contamination inévitable pour tous les membres de la famille. […]


Geneviève Pelletier5 juillet 2022
Être une famille

J’ai peur que mon enfant perde ses acquis...

Nous sommes conscients que les enfants passent la grande majorité de l’année à apprendre, que ce soit à l’école, à la maison ou même à la garderie. Il est normal de vouloir donner un certain repos aux enfants et de les «laisser être des jeunes». Nous avons rapidement l’image de piscine, de camp de jour, […]


Ophély Ratté27 juin 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique