J’ai posé un genou

Mes doux amours, ça fait quatre ans et demi que je suis maman, ce sont de belles années de bonheurs immenses, mais aussi de fatigue. J’ai toujours souhaité ce rôle, j’ai toujours su que je voulais avoir des enfants. Mais comme toute personne qui n’a pas d’enfant, je ne comprenais pas le quart de ce que votre arrivée implique. Ça fait douze ans que je suis avec votre papa, je peux vous dire que nos cinq dernières années ont été mouvementées. Notre vie a changé du tout au tout, pour le mieux. J’ai appris rapidement que même les changements les plus positifs peuvent nous prendre de l’énergie.

Il y a quelques semaines, j’ai posé un genou par terre bien malgré moi. Un tout petit mini virus m’a mis KO pendant au moins cinq jours.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Durant ce temps, la simple idée de m’occuper seule de vous me rendait anxieuse. Je n’avais plus d’énergie physique. Mon corps m’a abandonnée, il m’a obligée à rester clouée au lit durant presque une semaine complète.

Mes beaux amours, si vous saviez comme je déteste ne pas être capable de m’occuper de vous. J’ai de la chance, c’était temporaire et ce n’était qu’une petite semaine, mais quand même. Mon cœur de maman s’est mis à s’imaginer le pire; et si je ne retrouvais jamais mon énergie? Pendant un moment, j’ai cru au «burnout», à la dépression, de lourds maux qui auraient durement affecté notre famille.

Je ne souhaitais pas vous le faire vivre, mais en même temps, nous n’avons tellement pas de contrôle.

Heureusement, encore une fois votre papa m’a prouvé à quel point il est là pour nous. Il a fait en sorte que vous ne soyez pas pénalisés par ce virus et que je puisse me reposer. Je suis chanceuse, si vous saviez à quel point ce ne sont pas toutes les mamans qui ont quelqu’un sur qui se reposer.

J’ai posé un genou, mais je me suis relevée. Pour vous mes amours, je ferai toujours tout pour me relever le plus vite possible.

Josiane