JE NE T’ABANDONNE PAS, MON BÉBÉ

Cette fameuse première journée est arrivée: la rentrée à la garderie. Ça faisait un bout que je m’y préparais mentalement, mais malgré tout, je ne me sentais pas prête à vivre ce moment. Ce moment où le lien si fort qui m’unit à toi, ma crevette, depuis 14 mois, doit être brisé pour me permettre de retourner travailler.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Ça fait deux mois que cette première journée est passée. Cette première journée où j’ai eu l’impression de t’abandonner dans un endroit inconnu, avec des gens inconnus. Je savais que les éducatrices étaient des perles et qu’elles feraient tout pour faciliter cette transition, mais mon cœur avait de la difficulté à couper le cordon.

Cette première matinée, j’ai insisté auprès de papa pour aller moi-même te reconduire et te chercher, même si j’allais devoir reprendre une partie de ma journée de travail pour le faire.

Je voulais que tu voies que maman revenait te chercher, que je ne t’avais pas abandonnée. Et j’avoue que maman avait besoin de te serrer fort dans ses bras après cette première séparation.

Les éducatrices nous disent chaque soir que, pendant la journée, tu fais ça comme une championne. Tu t’habitues à ton nouvel environnement, à tes nouveaux amis. Même si au début, tu avais tendance à t’isoler dans un coin, après un mois, tu as commencé à aller vers les autres et à vouloir jouer avec eux.

Mais la séparation reste plus difficile. On apprend à se séparer chaque matin.

Hier, tu as rejoint ton éducatrice presque en courant avec un sourire aux lèvres; demain, tu t’agripperas à mon chandail et pleureras dès que tu traverseras dans la pouponnière. Mais ce n’est pas grave, mon bébé. On y va un pas à la fois.

Et tous les soirs, après une journée séparée, nous pouvons nous faire tous les câlins du monde. Tu peux rester assise à jouer sur maman jusqu’au dodo. Tu peux me flatter, me tenir la main, me donner des bisous.

Même si le matin, nous devons nous séparer, sache que maman pense à toi chaque minute de la journée, et que j’attends avec impatience le moment de passer la porte et de te prendre dans mes bras.

Je ne t’abandonne pas, mon bébé. Maman (et souvent papa) revient toujours te chercher.

S.Karlett