Je viens de perdre ma garderie, moi aussi 

Dimanche soir, j’écris un courriel pour informer l’éducatrice de mon fils des absences du mois à cause des activités estivales. La réponse que je reçois me scie les jambes en deux.

J’étais loin de me douter que je recevrais un avis de fermeture, et ce pour dans un mois.

J’accouche dans un mois et demi.

C’est dimanche soir et je viens d’apprendre que je perds ma place en garderie, moi aussi. Je pense à tous les parents qui vivent la même situation que moi. Je sais que je suis loin d’être la seule. Je pense aux mouvements organisés qui ont tellement leur place et qui nous défendent afin qu’on ait le droit de retourner au travail. Je pense à tous ces gens, mais mon coeur bat la chamade et l’angoisse m’envahit.

C’est dimanche soir et quand je regarde mon nombril, je réalise que pour la deuxième fois, tout ce que j’avais en tête pour mon congé de maternité tombe à l’eau.

Mon premier est né quelques semaines avant l’arrivée de la COVID-19. Le congé que je m’étais imaginé s’est transformé en confinement total. J’avais espoir d’enfin vivre un « vrai » congé de maternité cette fois-ci. Je rêvais d’activités maman-bébé, de promenades, de rencontrer d’autres mamans. Toutefois, dans moins d’un mois, je me retrouverai à temps plein avec un bébé naissant et un toddler qui a de l’énergie à revendre. Tout à coup, je ne sais plus si ce que j’avais en tête sera faisable et surtout, s’il me restera de l’énergie.

Autant que ça semble beau et un privilège d’avoir ses deux enfants avec soi à temps plein, autant ça me terrifie.

Ça été tellement difficile la première fois, je ne peux m’imaginer que ce soit aussi difficile, avec un deuzan en plus. Tout à coup que ça va mal, que je trouve ça trop difficile?

Mon anxiété est dans le tapis.

Je sais que plusieurs parents y arrivent et le font même par choix. Ce serait mon choix aussi si je n’appréhendais pas autant le 0-6 mois et ma santé mentale. J’aimerais donc ça voir juste le positif et profiter à fond de ces moments « offerts ». Ce n’est pas ma réalité, pas ce soir en tout cas.

Je sais que je ne suis pas la seule. Je sais qu’on est des milliers au Québec.

Ce n’est pas normal que ce soit commun de perdre notre place en garderie.

Ça n’arrive pas qu’aux autres.

 

Simone M.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
Simone M.

À propos de l'autrice

Simone M.

Jeune maman dans la vingtaine de bientôt deux enfants, j’écris pour mettre des mots sur ce que je ressens et pour trouver des gens qui me ressemblent, qui me comprennent. Étant la seule mère de jeunes enfants dans mon entourage, j’ai un besoin viscéral de sentir que j’appartiens à un groupe.

À découvrir

Être une famille

Planning pour une journée...

À toi, la maman qui a besoin d’un grand café… À toi, la maman qui n’a pas goûté au sommeil la nuit passée… À toi, la maman qui est épuisée, mais qui a envie de passer une bonne journée…   Ce matin, je me sens comme toi. Je suis fatiguée (le mot est faible). Je […]


Jessica Desrochers20 septembre 2022
Être une famille

Pas de rentrée cette année! 

La fin août approche et l’effervescence de la rentrée se fait tranquillement sentir sur les réseaux sociaux. Ça a toujours été un moment excitant, quoiqu’un brin stressant. Ça aurait été ma sixième rentrée comme professionnelle de l’enseignement… mais cette année, je passe mon tour. J’ai troqué la rentrée scolaire pour...


Simone M.
Simone M.7 septembre 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique

Les plus consultés