La maman poule, c’est moi

Vous savez, cette maman qui couve son bébé comme si c’était de l’or? Celle qui en fait parfois un peu trop pour le protéger? Celle qui, à certains moments, devient possessive? Eh bien, cette maman poule, c’est moi.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Comme plusieurs mamans, j’en suis certaine, je suis poule.

J’aime que les choses soient faites à ma façon et que mon bébé ne soit pas trop déboussolé quand elle n’est pas avec moi (bon, je l’avoue, quand je veux bien la laisser à quelqu’un d’autre).

Je suis possessive. Je savais que je l’étais un peu, mais depuis que j’ai recommencé à travailler et que je ne suis plus celle qui s’occupe en permanence de ma crevette, je vis un sentiment vraiment très intense. Certains vont dire que c’est l’anxiété de séparation. C’est possible. Mais dans ma tête, et surtout dans mon cœur, j’ai l’impression que c’est plus que ça.

J’ai l’impression qu’une partie de moi n’est plus là. Que je perds le contrôle de quelque chose qui non seulement m’appartient, mais fait partie intégrante de moi.

Mon mari m’a dit: «En ce moment, c’est comme si tu avais une maille dans ton filet. Et cette maille fait mal.»

Non seulement cette maille fait mal, mais j’ai l’impression que si l’on tire trop fort sur cette maille fragile, tout va se défaire.

Je sais que le temps va aider la maman un peu trop poule en moi. Je sais que plus les jours vont passer, plus l’idée de ne pas être avec mon bébé toute la journée va me sembler moins terrible.

Je sais qu’une fois la routine bien installée et le rythme, bien ancré, tout va bien aller.

Ma fille va bien. Elle n’est pas entre mauvaises mains, bien au contraire. Mais ses mains ne sont pas les miennes, et je crois que c’est ce qui rend mon retour au travail plus difficile.

La maman poule va finir par réussir à couper le cordon, et à ce moment, mon cœur sera peut-être prêt à accueillir un autre petit trésor dans son nid.

La maman poule qui a un trop-plein d’amour, c’est moi! Et vous?

S.Karlett