La maman que je suis… fière de moi

Depuis que j’écris pour ce blogue, j’ai souvent abordé le sujet de la maternité sous l’angle qu’il est difficile de faire face à toute la pression que les mamans d’aujourd’hui peuvent subir. La plupart du temps, lorsque l’on devient maman, nous avons tendance à nous en vouloir pour de multiples raisons. Je fais partie de l’équipe des «pressure moms»… On veut tout ce qu’il y a de mieux pour nos enfants et on fait tout ce que nous pouvons, et parfois trop, pour que notre progéniture devienne les meilleurs êtres humains possible.

Par contre, j’ai rarement abordé la maternité sous l’angle qu’il nous arrive, en tant que maman, d’être fière de nous!

Site Web OUVERT
Nous sommes là!
Mise à jour COVID-19

Et dernièrement, j’ai ressenti un grand sentiment de fierté. Que ça fait du bien et c’est rafraîchissant dans mon cas!

Ma plus jeune fille vient tout juste d’avoir 18 mois. Cet âge est souvent teinté de crises, car ils veulent tellement être autonomes et apprennent maladroitement à s’affirmer. C’est aussi l’âge où ils se développent à une vitesse folle, où ils s’émerveillent devant tout et rien. Où une simple roche peu devenir une amie précieuse pour la journée entière, où ils absorbent tout ce qu’ils observent, voient, ressentent et entendent à la vitesse grand «V»!

Avoir des enfants signifie être constamment dans la routine, dans les soins quotidiens.

Inutile de préciser que parfois, et bien c’est prenant et que ça peut devenir intense quand tous ont besoin de nous LÀ LÀ! Cependant, je suis une fervente partisane de la routine. J’ai toujours eu la conviction que c’est lors de ces moments qui semblent si banaux que nous réussissons le plus important, créer un lien fort avec nos enfants. En effet, c’est par la constance, la présence rassurante jour après jour que les enfants comprennent que nous serons là pour eux quoiqu’il advienne. Les soins quotidiens ont une importance CAPITALE dans le développement des liens d’attachement, de l’estime de soi et du sentiment de sécurité.

Enfin, c’est par les soins quotidiens que nos enfants apprennent à se construire en tant qu’être humain, qu’ils deviennent les petites personnes pleines de vie qu’ils sont.

C’est par ses soins qu’ils apprennent les bonnes manières à table, par exemple, ou l’importance d’avoir une bonne hygiène (corporelle, bien évidemment, mais aussi une bonne hygiène de vie, en se couchant tôt, en apprenant à tolérer un délai ou à dire non de façon adéquate…).

Ce qui m’amène à vous parler de ma petite dernière… Ma poulette est, comment dirais-je… une boule d’énergie avec une farouche détermination et la plus grande volonté de faire les choses par elle-même que je n’aie jamais vues chez un enfant! Ceci a toujours rendu les soins du quotidien plus actifs, disons-le ainsi. Que ce soit le changement de couche ou l’habillement jusqu’à l’alimentation, nous avons eu chaud! Il a fallu user de toute la patience que nous avions en réserve et accepter le fait que cette enfant allait être autonome très tôt dans la vie.

Donc, dernièrement, j’étais dans la salle de jeu avec les enfants et je les observais jouer.

J’adore ces moments où tout le monde est occupé, où je peux rester près d’eux et les regarder vivre leur vie, mener à bien leurs activités, s’amuser, Être tout simplement. J’aime les voir faire des choix, les voir essayer des choses nouvelles; j’aime remarquer l’évolution dans leurs jeux, sentir qu’ils se construisent eux-mêmes en tant qu’être humain. Mais ce que j’aime le plus, ce qui me fait vibrer au plus profond de moi-même, c’est de les voir reproduire des actes de la vie quotidienne, de les voir utiliser les mêmes rituels que nous utilisons avec eux. De les voir prendre soin de leurs petits mondes de la même façon que nous le faisons avec eux, parfois mieux même.

Dernièrement, j’ai réalisé l’importance qu’une présence aimante pouvait avoir dans la vie d’un enfant.

Qu’on se le dise, je l’ai toujours su. Cependant il y a une grande différence entre savoir et ressentir. Entre faire et accomplir. Et c’est en regardant ma puce prendre si bien soin de ses bébés, la voir si maternelle, les border avec un petit bisou, prendre leur température, la voir les habiller, tenter de leur mettre une couche, leur chanter une chanson doucement, le tout empreint d’une telle douceur que j’ai réalisé que ce qu’elle accomplissait devant mes yeux, et bien ça venait de moi. Que c’était ma façon de prendre soin d’elle qu’elle reproduisait. Je me suis reconnue dans sa façon de caresser le bedon de son bébé. Quand elle lui a chatouillé les pieds. Je me suis vue à travers ses yeux en la voyant faire des coucous à son petit frère. En l’observant jouer à «faire le ménage» ou bien «parler» à ses bébés.

Et j’ai trouvé ça beau.

Et ça m’a touché.

Mais surtout, surtout, j’ai ressenti un grand sentiment de fierté.

Ce que je voyais, c’est moi qui le lui ai montré. Ce qu’elle accomplissait sous mes yeux était le fruit de plusieurs mois empreints de douceur, d’amour, de soins constants. Et tout ceci, c’est moi qui lui ai montré et personne d’autre.

Pour une rare fois, en tant que maman, je me suis félicitée!

Je suis une maman constante (le plus possible).

Je suis une maman routinière.

Je suis une maman aimante.

Je suis une maman qui prend le temps d’être avec eux, tout simplement.

Je ne suis pas tout ça en même temps, mais le plus souvent possible, je fais de mon mieux.

Je suis la maman de mes enfants, je suis moi.

En voyant ma fille jouer, j’ai su que, peu importe les embûches sur notre route, je voulais vraiment continuer d’être la maman que je suis.

J’ai réussi à faire la paix avec mon pire critique et mon pire juge: moi-même.

À toi petite maman qui lit ce texte, sois fière des petits miracles que tu accomplis auprès de tes mini-toi au quotidien. Sois fière de les voir se construire à tes côtés. Être une maman humaine, c’est un si beau cadeau à leur faire! On ne se dit jamais assez de bravos dans la vie. Et bien si tu fais de ton mieux, que tu donnes tout ce que tu peux au mieux de tes capacités, sois fière de toi! Tu accompagnes des mini êtres humains dans leur jeune vie, c’est un travail colossal! Sois indulgente envers toi-même et concentre-toi sur le beau.

Moi, je le dis haut et fort: je suis fière de la maman que je suis!

Mélanie J.