La plus belle journée de ta vie

Quand on parle d’une grossesse et d’un accouchement, la plupart des gens pensent de façon positive. En fait, on nous dit généralement qu’il va s’agir de la plus belle journée de notre vie. Tout va bien se passer.

On te prépare pas nécessairement au pire, ce qui fait que si les choses dégénèrent, tu te sens assez pris au dépourvu. Je soupçonne un complot de la famille pour pas que tu abandonnes en chemin…

Le jour J arrive parfois de façon aléatoire et fait le même effet qu’un énorme coup de pelle au visage!

T’es pas certain si c’est des vraies contractions et que tu dois partir ou si tu dois attendre… Tu ne sais pas non plus si tu vas arriver trop tôt. Pis là, tout se bouscule dans ta tête.

Tu vas devenir parent.

Évidemment, tu fais une niaiserie du genre amener des cubes de soupe aux asperges congelées en pensant que ce sont les cubes de glace de framboisiers que ta blonde t’a demandé d’amener.

J’ai été chanceux, parce que dans mon entourage, certains chums m’ont « drillé » vis-à-vis la possibilité de complications.

Un d’eux m’a expliqué à quel point il s’était senti impuissant de voir sa blonde souffrir comme ça sans pouvoir vraiment agir.

Les livres en parlent souvent: ton rôle en est un d’accompagnement. Tu es présent pour la personne qui accouche afin de la soutenir moralement. J’peux te dire que c’est assez lourd de regarder ta partenaire souffrir. Dans notre cas, ma blonde voulait accoucher de façon naturelle, elle voulait l’expérience IMAX de la douleur.

Quand ça va mal, ça va mal. L’accouchement ne s’est pas super bien déroulé.

En fait, le plus dur ce n’est pas de calmer le mal de ta blonde, c’est de ne pas avoir l’air paniqué. Ma blonde m’a répété à plusieurs reprises que ce qui l’avait gardée confiante, c’est que j’avais l’air à l’aise et que je n’avais pas peur. Alerte aux divulgâcheurs: j’étais tellement pris dans la panique que je ne cessais de hurler dans ma tête. Le fil de mes pensées s’était complètement arrêté. Ma situation aurait définitivement pu inspirer le «punch final» d’un film de David Lynch où on apprend que le protagoniste vivait une vie de rêve pour fuir sa réalité qui était sa blonde en train d’accoucher, époumonée tellement elle hurle, dans un lit plein de sang.

Je ne me souviens pas exactement des dernières minutes, mais j’ai pu voir ma blonde et mon enfant être envoyés dans deux hôpitaux différents, dans deux ambulances différentes sans vraiment comprendre ce qui se passait.

Abandonné un peu à mon sort, je devais décider avec qui je partais sachant que la pandémie m’empêcherait potentiellement d’aller voir l’autre…

Je vous rassure; c’est maintenant du passé, mais mettons que le plus beau jour de ma vie a été le moment où j’ai enfin pu être réuni avec ma petite famille.

Et vous? C’était le plus beau jour de votre vie?

 

David C.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'auteur

David Charbonneau

David a plusieurs cordes à son arc, mais la plus récente est sans doute celle d’être le papa d’un petit garçon de moins d’un an. Barman et étudiant de soir, papa de jour, geek en tout temps, il aime raconter les petites absurdités de la vie.

À découvrir

Tricoter un humain

Rituels pour célébrer les futures mamans

Dans un monde où tout va tellement vite et où on consomme beaucoup trop, revenir à l’essentiel devient impératif. En tant que Doula, je remarque le besoin criant des futures mères de se sentir soutenues, accompagnées et honorées. Les femmes ont besoin de sororité, elles ont besoin d’un village autour d’elles, plutôt que de...


Tricoter un humain

Poursuivre après l’échec

Je suis généralement une personne assez positive dans la vie, mais parfois, poursuivre, c’est nettement plus difficile qu’autre chose… Un peu comme quand on commence à essayer de concevoir, quand on commence la procréation assistée, on aime bien croire que pour nous ça ira bien! Que dès la première insémination ça fonctionnera,...


Catherine Gendron21 avril 2022