La recherche de la perle rare

La garderie. Je ne sais pas pour vous, mais de mon côté, le stress d’avoir une place pour mon bébé est apparu environ en même temps que le «+» sur mon test de grossesse. Quelqu’un peut m’expliquer la logique de la chose?

Il y a clairement une partie de l’histoire que j’ai manquée dans l’offre et la demande de places en milieu de garde.

Tout d’abord, je suis la mère qui ne va clairement pas envoyer son bébé de 11 mois chez Sonia qui n’a pas de formation, laisse sa télévision ouverte toute la journée, donne du Kraft Dinner 3 fois par semaine et ne va pas dehors aujourd’hui parce que ça ne lui tente pas. (J’aime les Sonia, c’était juste un nom facile de même vite vite).

Non, juste non! Je te laisse ce que j’ai de plus précieux au monde et je m’attends à ce que tu t’en occupes comme si c’était ton enfant, rien de moins. Il faut bien comprendre que je suis une femme exigeante envers moi-même, et ce dans toutes les sphères de ma vie; professionnelle, amoureuse, sociale et certainement dans mon rôle de mère. De ce fait, mes exigences envers les autres sont assez élevées également. Cet élément augmente le défi dans la recherche de garderie.

Promo CONSTRUCTION
Jusqu'à 70% de rabais
Voir la promo

Je ne prendrai pas un milieu passable certain. 

Vu mes nombreux critères, l’encadrement et la structure d’un CPE m’apparaissaient le meilleur choix. Jour 1 de ma grossesse me voilà déjà inscrite sur «La place 0-5 ans» aka la plateforme qui te fait croire qu’il y a de l’espoir que tu aies une place pour ton enfant en CPE.

Mon garçon étant né fin septembre, les groupes se forment pour la rentrée scolaire, j’avais espoir. 

En tant que bonne persévérante, j’ai commencé mes appels au mois d’avril afin de savoir le rang de mon bébé sur les listes d’attente: 35e pour 15 places, 180e pour 10 places (???), 3 places de libres après la fratrie.

Ouin. Peut-être pas tant espoir finalement.

Plan B; milieux familiaux ou une foutue jungle. J’ai multiplié mes appels et mes visites. À mon grand désarroi, tous les milieux que des connaissances me référaient n’avaient aucune place de disponible pour mon petit. Finalement, découragée et envahie par le stress de trouver un bon endroit qui m’inspire confiance, une place s’est libérée où les enfants d’une amie d’une amie vont.

Une perle selon elle. Je suis allée visiter avec mon garçon et ensuite avec mon mari.

Notre garçon ira chez cette femme qui nous inspire confiance. Bien que j’aie le coeur gros à l’idée de ne pas voir mon enfant plus de 40 heures par semaine, que j’ai peur qu’il manque d’amour et d’attention, je sais, dans mon for intérieur, que mon petit sociable sera bien entouré de 8 autres enfants et qu’il est entre bonnes mains.

Il reste seulement la maman à gérer…

Marjorie C-H