La vengeance est un plat qui se mange froid

La personne qui a inventé l’expression «dormir comme un bébé» n’était définitivement pas un parent. Depuis plusieurs semaines, ma blonde et moi nous nous battons afin d’endormir notre fils dans son berceau, sans le prendre dans nos bras.

Je n’ai jamais eu à faire quelque chose d’aussi compliqué de toute ma vie.

C’est à se demander pourquoi Hercules n’avait pas à endormir un bébé dans ses douze travaux.

Quelques minutes avant d’écrire ses lignes, je lui tapotais le derrière afin de le calmer, et il se tortillait, lâchant des gémissements et se frottant les yeux. J’avais l’impression d’assister à la mort de quelqu’un; son agonie était lente et douloureuse. Alors que ses paupières étaient de plus en plus lourdes, Morphée l’invitait à lui tomber dans les bras incessamment.

Combattant de toutes ses forces, mon fils refusait de s’endormir.

C’est un mélange d’incompréhension, de peur, de colère et de tristesse qui l’envahit à chaque fois que sonne l’heure du dodo. Rusé comme un renard, je me dis à chaque fois que si je lui chante une dernière fois «Bohemian Rhapsody», il va sans doute s’endormir. Quel sot suis-je, assistant plutôt à l’hécatombe de mes espoirs de l’endormir dans son lit. C’est la crise.

Et pour être certain que nous soyons au courant de la torture que nous lui faisons subir en tentant de le laisser s’endormir plus longtemps, il refuse qu’on l’endorme assis.

Peu à peu, mon bébé se remplit de colère afin de combattre l’injustice envers lui. S’il met autant d’effort dans ses projets qu’il en met afin de rester éveillé, il accomplira sans doute de grandes choses.

Comble de l’ironie, nous passerons sans doute son adolescence à lui dire qu’il dort trop et qu’il devrait profiter de la journée au lieu de rester couché dans son lit. Heureusement, je ne peux m’empêcher de sourire en pensant que nous aurons peut-être la chance d’être grands-parents un jour et de le voir manquer de sommeil à son tour.

 

David C.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'auteur

David Charbonneau

David a plusieurs cordes à son arc, mais la plus récente est sans doute celle d’être le papa d’un petit garçon de moins d’un an. Barman et étudiant de soir, papa de jour, geek en tout temps, il aime raconter les petites absurdités de la vie.

À découvrir

Devenir parent

Mes amies n’ont pas d’enfant

Mes amies n’ont pas d’enfant. J’avais l’habitude de parler de tout et de rien, de laisser aller mes états d’âmes, mes réflexions. On s’écrit tous les jours, on s’écoute, on se motive, mais depuis que j’ai un enfant, je me sens incomprise. Je veux faire comme avant et «ventiler», mais dès que je commence, on […]


Simone M.
Simone M.4 juillet 2022
Devenir parent

Exprime-toi avec des mots, stp

3 ans. 3 ans ou la phase du «je chigne et je chiale pour absolument tout». Pas capable de faire quelque chose, elle pleure. Elle a besoin d’aide ou elle veut quelque chose, elle chigne. Elle échappe quelque chose par terre, elle chiale. On ne lui répond pas assez vite, elle crie. Sa sœur s’approche […]


S. Karlett
S. Karlett14 juin 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique