Le jeu de mémoire, un indémodable

Chez nous, les jeux de tables ont la cote avec mon trois ans. C’est notre moment à nous deux. Premièrement, ce n’est pas la tasse de thé à papa. Deuxièmement, sa petite soeur est trop jeune encore. Et, troisièmement, c’est une bonne façon de se calmer avant d’entamer la routine du dodo.

Principalement au coucher du bébé, mon fils et moi profitons du calme de la soirée pour jouer ensemble.

Le temps que je termine le lait de la petite, fiston est déjà parti chercher le jeu du soir. J’adore voir dans ses yeux l’apprentissage de nouvelles notions, le voir chercher dans sa tête.

Récemment nous avons eu la chance d’essayer le jeu Memo Animaux de la compagnie Djeco.

J’étais à la base déjà conquise, car nous adorons chacun de leurs jeux que nous avons essayés. Pratiquement toujours à l’effigie d’animaux, ils sont aussi très colorés et bien attrayants.

Le jeu de mémoire; un classique qui n’a pas besoin d’être réinventé.

Assez simple comme déroulement. Accumuler à tour de rôle le plus de paires d’animaux pareils. Sauf qu’au début quand j’ai vu que c’était le classique indémodable de «jeu de mémoire», je pensais bêtement qu’il n’allait pas avoir la grosse cote et qu’il allait tomber vite dans l’oubliette. À ma grande surprise, il a conquis mon loulou. C’est con, mais le fait d’avoir les «cartes» de forme ronde d’une assez bonne grosseur fait changement aux petites cartes carrées.

Mon fils trouve qu’elles ressemblent à des sous-verres.

Il n’a pas tort, ça en ferait des très beaux même. Les animaux représentés sont vraiment bien faits avec une belle touche ludique.

La partie est commencée. On place les cartes à l’envers et je dis à mon garçon que nous allons les mélanger. Chose faite. Monsieur commence à tourner une carte.

-Wow, maman un «lérisson».

-Hérisson mon chéri.

-Hérisson

-Il est quelle couleur?

Bref, vous avez compris où je m’en vais.

La partie de simple jeu de mémoire peut devenir plus élaborée en questionnant l’enfant sur l’apparence des différentes bêtes aussi colorées que rigolotes.

Ici, la notion de retourner le duo de cartes non identiques pour laisser l’autre jouer à son tour est encore à travailler. Puisque mon gars en retournait 2-3-4-5 à la fois, parce qu’il avait hâte d’en avoir deux identiques. Chaque fois que c’est son tour, il re-mélange les cartes restantes sur la table comme en début de partie. Disons que sans le savoir il ajoute un degré de difficulté au jeu.

Ainsi de suite, chaque fois qu’un ou l’autre trouvait une paire identique mon garçon s’écriait «yeah gagné». La vie est si bien faite qu’à la fin de nos 3 parties de la soirée, nos tours de cartes amassées étaient les deux égales.

Et vous? Le classique jeu de mémoire fait-il partie de vos jeux de tables?

Marie-Ève C.