Le sexe pendant et après la grossesse

Une fois enceinte, chaque personne, chaque corps le vit différemment. Je n’ai pas eu de nausée ou de problème de reflux, heureusement. Par contre, j’ai vécu beaucoup de fatigue. Je revenais du travail à 16h30 et je m’endormais quasiment immédiatement en arrivant pour ma première grossesse.

Pour ma deuxième, j’étais encore à la maison, en congé de maternité de ma première grossesse. Je passais la journée à «m’évacher sur le divan» de fatigue!

La fatigue et aussi l’impression que quelqu’un d’autre prenait possession de mon corps m’avaient enlevé toute libido à ma première grossesse.

C’était simple, je n’avais pas envie d’être touchée, de toucher, de rien.

Je me sentais dégueulasse tout simplement. Comme si j’étais devenue un monstre! Mon mari se sentait mal, il croyait que c’était lui qui me répugnait ou que je ne voulais plus de lui! Ça a pris quelques mois avant que ça ne se replace. Une fois que j’ai compris moi-même ce qui se passait, j’ai pu le communiquer et ensemble on a juste attendu que je me sente mieux, sans pression. Ça m’a pris un moment avant d’avoir un gros ventre dur. Au début, c’était comme avant, aucun changement pendant des rapports.

Dès que la bedaine arrive, ça devient «dans le chemin» et ça nous limite dans certains mouvements ou positions, mais on s’adapte!

Nous n’avons jamais eu la crainte que certains ont que le pénis fasse un face-à-face avec le fœtus. On sait comment la science fonctionne, donc on savait qu’il n’y avait aucun risque! Une fois ma libido revenue, je dirais que nous avions une sexualité comme avant, simplement que les positions étaient différentes un peu!

Pour ma deuxième grossesse, je n’ai pas vécu le moment du début qui me dégoûtait de tout.

Comme si je savais ce qui m’attendait et j’ai pu passer par-dessus cette étape!

À mon premier accouchement, j’ai eu un accouchement vaginal prématuré. J’ai eu 2 points de suture, que je croyais être la fin du monde (je m’excuse à toutes celles qui ont vraiment plus déchiré que moi, ce n’est vraiment rien 2 finalement!). Nous sommes donc restés à l’hôpital pendant 2 semaines. J’avais une mini chambre près de la pouponnière. Mon mari dormait à la maison avec notre chien et travaillait le jour. Il venait à l’hôpital le matin et après le travail.

La proximité me manquait!

Une nuit, mon frère a gardé notre chien et mon mari est venu dormir avec moi dans le petit lit! Juste de se coller ça faisait du bien! Une fois de retour à la maison, je capotais encore avec mes points de suture!

Un mois et demi après l’accouchement, j’avais vraiment envie qu’on recommence à faire l’amour et mon mari aussi, mais mes points n’étaient pas encore fondus.

Je capotais vraiment avec ça, j’avais l’impression que tout allait déchirer si je tirais dessus, t’sais!

En y repensant, c’était un peu une crainte sans fondement, j’avais déjà eu des points de suture ailleurs sur le corps et je savais très bien que tout était sans danger, surtout après 7 semaines! C’est fou ce que les hormones post-partum font!

Finalement on s’était décidés à essayer quand même et je n’ai eu aucune douleur!

Notre sexualité était de nouveau comme avant.

Par contre, avec l’accouchement, l’intérieur de notre corps change un peu. Certaines sensations n’étaient plus les mêmes. En mieux ou en pire, tout dépendant. C’était différent. On s’est adaptés à mon nouvel intérieur! Pour ma deuxième grossesse, le retour à la normale s’est fait plus rapidement. Encore une fois, j’avais appris de ma première grossesse et je savais que mon petit point restant n’allait pas tout arracher mon intérieur!

Ce n’est pas toujours évident d’avoir une sexualité avec un nouveau-né, encore moins avec deux bébés en bas de 2 ans, mais je pense que c’est important de prendre le temps.

En plus, lorsqu’on a des rapports amoureux, on sécrète de la mélatonine et ça, c’est nécessaire quand on est en carence de sommeil! Ça nous rapproche aussi de notre partenaire. C’est parfois difficile sur le couple de devenir parent, surtout si c’est la première fois pour les deux. Ça peut créer des conflits, des tensions, de l’incompréhension… se permettre de prendre du temps ensemble ça permet de garder le couple uni. Ce n’est pas nécessaire, mais ça ne peut pas nuire!

L’important c’est de respecter ses limites, suivre son rythme et communiquer.

Si on n’a pas envie, c’est ben correct, mais c’est important d’en parler!

 

Et vous, comment allait votre libido pendant et après la grossesse?

 

Fanny C.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Fanny Corbeil

Maman de deux jeunes charmants héritiers, Fanny se décrit comme une mère épicurienne et écologique, divinement organisée et organisatrice! M. Net peut aller se rhabiller à côté de cette étincelante reine du ménage. Accro aux rénovations et aux jeux de société, elle adore rire et créer.

À découvrir

Tricoter un humain

Mon guide de survie pour les premiers pas en...

Je ne me considère pas comme une professionnelle de l’infertilité, du processus ou une psychologue. Je ne suis qu’au début du processus de consultation et certaines personnes y sont depuis des années, mais je crois qu’en deux ans d’essais, j’ai retenu quelques trucs et conseils que j’aurais aimé connaître dès le départ....


Catherine Gendron14 octobre 2021
Tricoter un humain

La maternité, ça fait peur un peu

Bien que la maternité puisse représenter un défi pour plusieurs, c’est là que j’y retrouve ma paix. Je suis triste d’annoncer que je ne suis toujours pas maman à ce jour… Si vous saviez comme ce rôle m’apporte un sentiment aigre-doux. Aigre, comme le fait de penser que je dois bâtir une carrière, une sorte […]


Ophély Ratté12 octobre 2021

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique