L’égalité des sexes quand ça nous tente

En tant que femme, on a travaillé fort (et on continue) pour essayer d’atteindre une égalité des sexes. On dénonce, on se soutient, on change peu à peu les mentalités de «machos» et c’est vraiment correct. Dernièrement j’ai vu passer une annonce de bobettes pour hommes dans mon fil d’actualité Facebook. Le mannequin qui présentait la marque était en bobettes et les commentaires féminins déplacés étaient nombreux. Pas des commentaires haineux, mais des commentaires de «matante».

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

J’ai eu l’impression que l’égalité des sexes pour certaines c’est seulement quand ce sont les femmes les «victimes».

Voici certains de ces commentaires:

-Je vais prendre l’homme qui sert de mannequin sur la photo, merci.

Si on le met à l’inverse et qu’un homme écrivait ça à propos d’une femme, on s’entend que plusieurs femmes commenteraient des «voyons maudit cochon une femme c’est libre ça ne t’appartient pas». Au lieu de ça, Ginette (prénom fictif) a obtenu 23 likes et une réponse qui dit: il manque de place dans sa poche à poche… Un homme qui critiquerait le volume des seins d’une femme ce serait inacceptable sous une publicité.

-Vous l’avez pris où le mannequin, on oublie les boxers.

Si on le met à l’inverse, on aurait répondu à Gaston le cochon (personnage inventé) d’arrêter de baver devant la femme, ce n’est pas elle l’objet, mais bien le sous-vêtement. Au lieu de ça, 8 personnes «approuvent» le message de Carole (encore inventé) avec leur pouce facebookien tout puissant.

-Le gars vient-il avec achat sinon j’achète pas.

À l’inverse, on s’insurgerait en disant qu’une femme ne s’achète pas. Au lieu de ça, la compagnie répond «Oui, moyennant un supplément». On lancerait probablement des roches à une compagnie qui répondrait ça à propos d’une femme. On les accuserait d’encourager le phénomène de la femme-objet.

-Est-ce que ça vient garni comme ça aussi si on achète?

Si un homme écrivait sous une pub de sous-vêtements: «si j’achète ça est-ce que ma femme va avoir des grosses boules?» est-ce qu’on aimerait ça?! Sylvie (plus besoin de vous dire que ce n’est pas les vrais prénoms, je pense, hein?!) a récolté quelques likes elle aussi. Personne ne s’est insurgé de son commentaire.

-*nom du modèle de bobette* est-ce l’homme sur la photo? Je vais en prendre deux.

La femme-objet c’est dépassé et révoltant. L’homme objet ne suscite aucune révolte…

-Wow sexy boy

Si un homme commentait quelque chose du genre, on lui dirait probablement d’arrêter et de garder ses commentaires de mononcle pour lui. Monique a plusieurs personnes qui l’encouragent pourtant.

Ce ne sont que quelques exemples. Ceci est tiré d’UNE publicité, d’UNE compagnie seulement, mais ce phénomène se reproduit partout et tout le temps. Dans un party de bureau, des dames discutent à savoir qui va danser avec le p’tit jeune qu’elles trouvent pas mal cute. Une d’elles dit qu’elle aura probablement les mains baladeuses. Le p’tit jeune en question n’a jamais donné son consentement. Mettons-le à l’inverse. On les détesterait-tu les vieux cochons de faire ça en tant que femme!?

Pourquoi le faire à votre tour?

Quand je vous lis mesdames, parfois j’ai honte d’avoir un vagin. C’est déjà assez compliqué d’être une femme dans cette société, pouvez-vous s’il vous plaît arrêter de tout «scraper» avec vos commentaires de matante?!

Fanny C.