Les fins de soirées

Il est 21h25, je suis fatiguée. Je regarde mon horaire du lendemain une dernière fois et je ferme l’ordinateur, je vais me coucher.  Je passe devant la cuisine et réalise que je n’ai pas préparé les lunchs des enfants pour le lendemain.

Je soupire et ouvre le frigo.

Il est 21h40. Les lunchs sont faits. Je regarde la cuisine un peu à l’envers et je me dis que je ramasserai demain. Je suis fatiguée. En passant devant l’entrée, je vois le sac d’école de ma plus grande sur le sol. Je soupire et je le ramasse. Je remarque une feuille qui dépasse de son agenda. «N’oubliez pas qu’il faut de la pâte de sel pour vos enfants» La date? Demain! Je retourne à la cuisine et je sors le sel, la farine, le crème de tarte, l’huile…

Il est 22h00. La pâte de sel est prête et rangée dans le sac d’école de ma grande. Je monte l’escalier et je m’arrête à la salle de bain pour me brosser les dents. Dès que je passe la porte, je réalise que j’ai une brassée oubliée dans la laveuse. Je soupire et ouvre la porte. Ça ne fait pas si longtemps, ça ne pue pas.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Petite victoire! Je sors le «rack à linge» et je commence à étendre tout ce que je ne peux pas balancer dans la sécheuse.

Il est 22h30. Je suis finalement en pyjama, prête à me coucher. Je suis fatiguée. Je m’étends dans le lit et mon amoureux ouvre un oeil. «As-tu barré la porte d’entrée?» Je soupire. Je me relève et vais vérifier. En chemin je croise le chien qui veut sortir. Tu parles d’une heure pour aller faire pipi… Apparemment il n’est pas le seul.

J’entends les petits pas de mon plus jeune qui court vers la salle de bain en haut. La porte était déjà verrouillée…

22h40. Je remonte à ma chambre, un verre d’eau à la main. Je suis fatiguée. Je me couche finalement et je ferme les yeux. Je les ouvre à nouveau moins d’une minute plus tard. J’ai oublié de faire mon dernier tour des lits. Je soupire. Je me relève et je passe en revue toutes les chambres. Je remonte une couverture, j’éteins une lumière, je les regarde dormir et je me dis que je suis chanceuse de les avoir.

Ils sont si beaux quand ils dorment. Mais maintenant c’est mon tour.

22h55. Je m’endors finalement. Je sens que je relaxe enfin quand soudain j’entends la porte de ma chambre qui s’entrouvre. «Maman, je crois qu’il y a un ours dans ma chambre. Je pense que je l’ai vu avant de me réveiller».

Je soupire et je pars à la chasse à l’ours.

23h15. Aucun ours réel ou imaginaire n’a été blessé lors de cette chasse. Mais… je ne m’endors plus. Je soupire. Je dormirai peut-être plus tard.

Bonne soirée les mamans!

Marie-Pier B.