Les mille et une étapes du quotidien

Depuis que je suis mère, j’ai découvert que la maternité, entre autres, c’est d’ajouter mille et une étapes à une action qui n’en comportait que trois lorsqu’il n’y avait pas d’enfants impliqués. Plus d’explications? Voici plutôt un exemple concret d’un geste aussi banal que de se préparer un smoothie framboises-bananes pour déjeuner.

Lorsque je n’avais pas d’enfant, préparer un smoothie comportait trois étapes : mettre les ingrédients souhaités dans le mélangeur, mélanger, boire. Point final. Bon, je vous épargne la coupe des fruits et la vaisselle, mais on se comprend, c’était simple.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Préparons un smoothie matinal avec ma presque-deux-ans maintenant.

Premièrement, aucun ingrédient ne peut être ajouté au mélangeur avant qu’elle n’y ait goûté au préalable ; donc on dégèle une framboise, on coupe une rondelle de banane, on trempe une cuillère dans le yogourt et on boit une gorgée de lait à même la pinte (parce quand papa est pas là on a le droit!).

Lorsque le goûteur en chef est satisfait, on peut ajouter les ingrédients.

Évidemment, c’est elle qui doit appuyer sur le bouton. Mais pour appuyer sur le bouton, elle doit être confortable. Elle ne peut pas être simplement dans les bras de maman et appuyer vite vite : il faut qu’elle soit assise sur le comptoir. Donc après avoir répété au moins 50 fois sa petite chanson : « achis! achis! achiiiiiis » (traduction : assis), je cède et je l’assois sur le comptoir pour qu’elle regarde le mélangeur faire son œuvre. S’en suit ensuite la chanson du partage – qui a exactement le même air que la chanson du comptoir : «a mé! a mé! a mé!» (traduction : à moi). Je divise donc mon smoothie matinal en deux parts égales (oui, oui, même si elle a mangé deux rôties avant et que c’était MON déjeuner).

Là ne s’arrête pas l’histoire!

Avec ma poulette, chaque gorgée de smoothie est suivie de la danse du smoothie, qui en somme, est une chorégraphie relativement simple consistant à sautiller sur place en se frottant le bedon et en disant «hmmmmm!». C’est très mignon à regarder, mais comme je suis maman, je me dois de faire la danse également, sinon gare aux gros yeux et à la moue boudeuse!

Finalement, après trois quarts d’heure à préparer et boire le smoothie, maman est en retard alors elle se prépare en quatrième vitesse pendant que mademoiselle siphonne en douce l’autre moitié du smoothie-déjeuner en regardant un épisode de la Paw Patrol.

En conclusion?

J’arrive au boulot décoiffée, essoufflée, la chemise boutonnée de travers, le café froid et le ventre creux. Mais surtout : un sourire aux lèvres et le cœur réchauffé par un doux moment mère-fille.

Oui, être maman c’est prendre un temps fou à faire les choses, perdre son temps sur des détails, céder aux petits caprices. Mais être mère, c’est rendre magique chaque banalité du quotidien et chérir les étoiles qui brillent dans les yeux de notre enfant.

Et vous, avez-vous modifié une action du quotidien pour créer un petit rituel avec vos enfants?

Alexandra P.