Les poches pleines de souvenirs

Le moment des premières vacances avec bébé est finalement arrivé. De la pensée au concret, de la planification à la préparation et au final le moment présent.

Peux-tu croire que j’ai imaginé cette semaine-là des mois et des mois durant?

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

J’ai fait des listes et des listes pour ne rien oublier et j’ai pensé à (presque) tout. Pis devine quoi? J’ai probablement oublié quelque chose, mais y’a pas eu de blessé ou de mort, fack selon moi, c’est ben correct.

Depuis la naissance de Florence, je nous imaginais déjà sur les plages du Maine, un peu au vent, mais pas trop, juste assez pour te mettre une «tite» veste et pas avoir 2 fichus ronds de sueur à la place des aisselles.

J’imaginais déjà Baby Flo qui jouait dans le sable et qui se baignait dans de l’eau juste assez salée (le genre d’eau salée qui te donne le beachy waves négligé parfait). Je nous imaginais en train de prendre un «pas si bon café que ça» dans un «beaucoup trop beau café, qui vaut quand même la peine de payer presque 7$ US le chai latté.» (Vois-tu le genre? Je dis ça, mais je dis rien tsé!) 

Je nous imaginais nous créer tout un tas de souvenirs doux, heureux et magiques.

Le genre de vacances où tu prends une vieille boîte à chaussures dans laquelle tu y déposes les factures de beaux cafés et endroits visités, les photos prises dans une cabine photo, les jetons de jeux d’une arcade sur le bord de la plage, les cossins achetés à la boutique juste à côté et plus encore.

Je sais bien que tu as hâte d’entendre (dans ce cas-ci de lire) quelle a été notre destination pour ces premières vacances.

Sainte-Pistache, ça s’en vient… Donc…  Nous sommes allés à la très glamour et pas quétaine pour 2 cennes ville de… (roulement de tambour accompagné d’une envolée de colombes)

NIAGARA FALLS.

Oui monsieur, t’as bien lu, ajuste pas tes lunettes mon Gontrand. Rien à voir avec le petit paradis de Portland dans le Maine. Pourquoi avoir sélectionné cette ville? Honnêtement nous ne le savons pas. Peut-être parce que nous y sommes tous les deux allés quand nous étions jeunes et que nous en avions conservé de beaux souvenirs précieux. Peut-être aussi que notre paradis marin du Maine ce n’était pas pour cette année?

Quoi qu’il en soit, ce fut de parfaites vacances, du début à la fin.

Malgré les 7 heures de route (lire ici 11h avec une Florence de 13 mois) qui nous séparaient, malgré l’aspect ultra touristique de la ville et la chaleur presque accablante qu’il y a eu cette semaine (j’me plains pas promis), tout a été merveilleusement bien.

Niagara Falls c’est une ville où notre cœur d’enfant est de mise avec toutes les petites attractions de la rue principale.

C’est aussi une rue principale habitée par une multitude de crémeries et de confiseries. C’est la proximité de tout localisé dans un périmètre de marche vraiment raisonnable. Des arcades, des mini-golfs, des musées de cires et une grande roue avec une vue époustouflante sur les chutes.

Il n’y avait peut-être pas de plage paradisiaque, mais nous y avons fait la découverte de la ville de Niagara-on-the-lake.

Je l’appellerais la Stars Hollow du Canada (ville dans Gilmore Girls). De vieux édifices, avec de beaux commerces gastronomiques, une petite crémerie artisanale dont la spécialité est une crème glacée à la pêche (MIAM) et un vieil hôtel de style victorien. Nous avons été charmés et agréablement surpris par la route des vins que nous avons dû emprunter pour y aller.

J’ai quand même eu droit à mes beachy waves, seulement pas mal moins naturelles de l’eau de robinet et des produits coiffants mettons! Notre café ne nous a pas couté 7$ US à chaque fois, il était excellent et pas dans un café pas très Pinterest. (Un silver lining qui disent…)

Tu sais quoi… Nous avons aussi rempli une boîte à chaussures de souvenirs merveilleux, précieux et heureux (et aussi de balles un peu empruntées à long terme au mini-golf!).

Dans le fond, ce n’est pas tellement la destination qui compte, mais le voyage que nous avons fait avec les gens que nous aimons. Parfois, nous ne connaissons pas la valeur précieuse d’un moment jusqu’à ce que celui-ci devienne un souvenir.

Jessyca C.