L’importance d’une maman quand on devient soi-même maman

Je suis devenue maman pour la première fois à l’âge de 25 ans. À ma demande ma mère a assisté à l’accouchement. Je tenais à l’avoir à mes côtés pour cet événement marquant, ça me rassurait et mon conjoint de l’époque aussi, de plus je me disais rien de tel qu’une maman pour en comprendre une autre.

Elle savait exactement la douleur que j’allais ressentir mais aussi l’immense joie qui allait suivre.

VENTE ANNUELLE
Démos de Poussettes, Sièges de voiture et Mobilier
Voir l'événement

Par la suite elle est venue passer une semaine à la maison pour nous aider, elle a fait la plupart des tâches ménagères, tout en créant un lien TRÈS fort avec sa petite fille (le premier bébé de la famille). Après le dernier boire du soir de ma fille, elle la gardait dans ses bras et venait me la porter seulement quand la faim se faisait ressentir à nouveau (souvent vers 2 heures du matin) pour nous laisser mon conjoint de l’époque et moi dormir un peu.

Ma mère est exceptionnelle, je l’ai toujours su mais je le réalise davantage depuis qu’elle est mamie et moi maman.

J’essaie du mieux que je peux de m’en inspirer. Elle est l’incarnation même de la patience, du don de soi, de la compréhension, de la générosité. Je suis maman pour une deuxième fois depuis peu.

Cette fois ma maman n’a pas assisté à l’accouchement, elle est venue à la maison encore une fois s’occuper des tâches ménagères mais surtout elle était présente pour ma fille. Elle était à la maison le temps de notre court (heureusement) séjour à l’hôpital à s’occuper des plus vieux qui avaient du mal à tenir en place avec l’arrivée de leur petit frère.

Ma maman ce n’est pas juste ma maman, c’est ma meilleure amie, ma confidente, ma conseillère, l’oreille attentive qui ne juge jamais, celle qui sait comment je me sens juste avec un regard, elle est toujours présente.

Je l’aime tant, je voudrais l’avoir dans ma vie, à mes côtés toute ma vie.

Bref… maman je t’ai, tu m’as, une chance qu’on s’a!

Que ferait-on sans nos mamans?

Marie-France M.