Ma nouvelle vie (partie 2 de 3)

Lire la partie 1 ici.

Me voilà de retour au bureau. Depuis maintenant 3 semaines, je tente de rentrer dans le moule de mon nouvel horaire: métro, boulot, dodo. Et je suis malheureuse. Je ne comprends pas comment j’ai pu en arriver là.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

J’aime mon travail. J’aime mon employeur. J’aime mes collègues. Je devrais être heureuse d’enfin sortir de chez moi et de discuter avec des gens qui vivent sensiblement les mêmes choses que moi, mais non.

Je vis encore dans la douce nostalgie de ce congé de maternité parfait dans lequel j’ai évolué dans la dernière année auprès de mon fils, mais aussi plus près de ma fille.

Je devrais simplement me considérer privilégiée d’avoir vécu une si belle expérience et regarder de l’avant pour passer à une autre étape, pour reprendre ma vie professionnelle que j’ai mise sur pause. Mais j’y parviens difficilement.

Ma constatation est encore plus vraie aujourd’hui qu’elle ne l’était lorsque j’écrivais la partie 1 de ce texte: je dois changer ma vie.

J’ai pris les choses en main depuis quelques mois et je pousse encore plus la machine depuis quelques semaines: mon but est de faire «naître» mon projet d’ici les Fêtes. Ce projet, j’en ai parlé à mes amis proches et ma famille. Bien que tous soient surpris de ma décision, de ce changement soudain dans mon plan de vie que j’avais pourtant dessiné bien à l’avance dans ma tête, ils me supportent tous.

C’est un immense réconfort que de se savoir supportée et aimée.

Étant de nature «contrôlante» (j’aime que les choses soient planifiées, je n’aime pas les changements de direction qui surviennent sans préavis), il n’est pas toujours évident pour moi d’effectuer le lâcher-prise nécessaire pour me permettre de reconsidérer mes choix initiaux. Heureusement, mon entourage sait comment me donner le petit «cheer up» dont j’ai besoin pour passer par-dessus cette peur de perdre le contrôle (surtout depuis la naissance imprévue de ma fille) et mon orgueil de ne pas vouloir me tromper ou échouer.

Aujourd’hui, j’ai un nouveau rêve.

Jamais je n’aurais imaginé ma vie prendre une telle direction, mais je me sens remplie de force et de détermination pour atteindre mon but, même si je sais pertinemment que le chemin sera long, risqué et rempli d’imprévus.

J’ai très hâte d’enfin pouvoir vous dire de quoi il s’agit…

Et vous, est-ce que vos peurs vous poussent parfois à foncer?

Anonyme