Maman… j’ai la mémoire qui oublie

Je pense à toi, tous les jours de ma vie. Lorsque je croise un lac sur ma route, lorsque j’entends une chanson que tu aimais, lorsque je sens ton odeur dans l’air…

Je pense à toi, tous les jours de ma vie et pourtant… j’oublie.

Pendant un certain temps, j’étais capable de sentir ta main serrant la mienne. J’était capable d’entendre ta voix me dire ce que j’imaginais que tu me dirais. Je pouvais fermer les yeux en te voyant parfaitement, tellement je connaissais chaque détail de ta personne.

Je pense à toi, tous les jours de ma vie mais… ma mémoire qui oublie te fait disparaître tranquillement.

Je n’arrive plus à entendre le son de ton rire. Je ne sais plus comment c’était que de pouvoir te raconter ma journée. Et lorsque je parle de toi, je ne sais plus quoi imager.

Ma mémoire qui oublie se souvient d’un exposé oral réalisé en 3e année. Elle se souvient de règles inutiles, d’informations futiles et de détails subtiles. Mais ma mémoire qui oublie me fait perdre le fil qui me reliait à toi. Elle le coupe tranquillement, me privant des émotions que j’éprouvais. Elle le coupe tranquillement, me privant des souvenirs partagés avec toi.

Ma mémoire qui oublie, parfois bien utile, est en train de me faire perdre tous les souvenirs qui me rapprochaient de toi.

J’ai la capacité de passer rapidement à autre chose grâce à mon cerveau qui vit dans le moment présent, comme si le passé n’avait jamais existé. Je ne reste jamais triste longtemps, jamais fâchée longtemps et j’oublie rapidement ce qui n’apporte rien à ma vie. Mais… ma mémoire qui oublie… m’empêche également de me souvenir de toi.

Lorsque je parle de ta personne, lorsque je parle de la fin de ta personne… on me dit résiliente d’avoir pu passer par-dessus cette épreuve en devenant encore plus forte. Mais lorsque je parle de ta personne, je raconte une histoire que je n’arrive plus vraiment à sentir parce que ma mémoire qui oublie me prive tranquillement de toi.

J’ai oublié énormément de moments, énormément de personnes, parce que mon cerveau semble faire le ménage au fur et à mesure pour me permettre d’être ouverte à tout ce qui m’arrive.

J’ai toujours apprécié cette faculté, mais maintenant que je suis sur le point d’oublier les détails de ma mère j’aimerais pouvoir me rappeler.

J’aurai beau toujours savoir qu’elle a existé, j’aurai beau savoir à quel point je l’ai aimée, c’est difficile de réaliser que les souvenirs s’effacent et que le présent prend la place d’une partie que j’aurais voulu conserver.

J’ai toujours refusé de vivre dans le passé, mais lorsque le passé commence à s’effacer… c’est difficile d’accepter que l’on puisse oublier.

 

Marie-Soleil F.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Marie-Soleil Fortin

Marie-Soleil, prénom composé de dualité, accompagnant jeune femme de 34 ans aux multiples facettes. Maman dévouée, parfois dépassée, de deux merveilleuses fillettes. Enseignante, éducatrice et conseillère, impossible de la définir par une profession. Mission pour le reste de sa vie: continuer d’évoluer!

À découvrir

Devenir parent

Quand virus rime avec anxiété parentale

Je ne sais pas pour vous, chères lectrices et lecteurs, mais ce qui me fait le plus perdre mes moyens en tant que parent, c’est lorsque mes enfants sont vraiment malades. Ces moments me sont profondément anxiogènes et me marquent encore des années plus tard.   J’ai le souvenir d’une nuit où j’étais seule avec […]


Simone M.
Simone M.22 Décembre 2022
Devenir parent

Parfaite

Vers 11h, je me dis à moi-même que je suis vraiment bonne. Que je suis une maman à l’écoute, bienveillante et vraiment cool. À 13h, je me surprends à me trouver vraiment ordinaire. À me culpabiliser d’avoir crié après mon coco, parce que crier, on ne fait pas ça. On ne devrait jamais, jamais faire […]


Élisabeth Chevrier3 novembre 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique

Les plus consultés