Mariage vs Covid-19

Devinez qui a gagné?

Et oui, ce mois-ci j’allais écrire un texte sur tout ce que comporte un mariage. Malheureusement, la date choisie est en plein cœur d’une épidémie mondiale. Lorsque tout s’est éteint, lorsque le Québec s’est mis en veille, il ne nous restait qu’un mois avant le grand jour. Tout était prêt; il me restait mon dernier essayage de robe, mon essayage coiffure et maquillage. Tout le reste était choisi, prévu, programmé. Il n’y a pas si longtemps, quelques jours seulement, reporter le mariage semblait absurde. «Nous n’avons pas tant d’invités que ça!» Mais de jour en jour, l’étau s’est resserré, les cas ont augmenté, les commerces ont fermé. D’heure en heure, je savais que notre journée allait être reportée.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Vous savez, dans tout ça j’ai la chance que nos familles soient en santé. Nous suivons les recommandations du gouvernement afin de se donner une chance, une vraie. Lorsque j’écris ces lignes, ça ne fait que 24 heures que le changement de date est officiel et déjà tellement de choses ont changé.

Pour nous, ce n’est que partie remise.

Mais les premiers jours des petits bébés qui se sont pointés le bout du nez au début de la crise, nous les aurons vus à travers un écran. Ces jours sont déjà du passé. En même temps, jamais au grand jamais, je n’aurais mis leur vie en danger pour assouvir mon besoin de les prendre doucement dans mes bras. Hier, j’ai craqué; hier, c’était une mauvaise journée. J’ai été bête avec des gens qui voulaient m’aider, mon fiancé et moi, nous étions dépassés par les événements, comme plusieurs d’entre nous, en fait. C’est gros, trop gros pour assimiler l’ampleur.

D’un autre côté, pour la toute première fois de nos vies, nous prenons du temps à quatre.

Nous avons le temps de prendre le temps. De remarquer à quel point mes petits sont rendus grands. Ils sont tellement heureux d’être à la maison, juste nous, sans personne d’autre. Ça leur donne une pause, un ressourcement. Nos enfants sont heureux d’être dans leur maison, avec leurs jouets et leurs parents, ils nous aident à voir le positif. Nous avons la chance dans tout ça que mon fiancé soit un professeur, alors la fermeture des garderies a été annoncée en même temps que celle des écoles. Nous avons la chance que je sois capable de faire du télétravail. Nous sommes ensemble et en santé, nous ferons tout pour le rester.

Durant cette pause, alors que tous les événements sont repoussés, que la plupart des travaux sont arrêtés, essayez d’en retirer un peu de positif chaque jour.

Profitez du beau soleil de printemps qui se pointe le bout du nez, allez à la chasse aux arcs-en-ciel, profitez-en pour lire les livres qui prennent la poussière depuis plusieurs mois, pour ranger votre tiroir qui vous décourage tant. Tenez-vous informés, mais essayez de décrocher le plus possible. Nous avons la chance de le vivre dans une ère de réseaux sociaux, faites-vous des appels-conférences d’apéro avec vos amis. Appelez votre famille à outrance au besoin. Nous nous tenons loin les uns des autres, mais nous pouvons rester connectés.

Soyons forts, ensemble.

Ça va bien aller.

Josiane