Merci madame!

Aujourd’hui, j’ai envie de vous partager une anecdote qui semble simple, mais qui a embelli la journée de mon conjoint. Un soir, je suis arrivée du travail et je l’ai trouvé sourire aux lèvres et fier de me compter ce moment de vie.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Cette journée-là, mon garçon avait un rendez-vous avec notre médecin de famille. Ils sont donc partis, père et fils, en direction de la clinique.

Dans la salle d’attente, les hommes de ma vie se parlaient de tout et de rien. Ils chantaient tous les deux des chansons et se racontaient des histoires. Puisqu’ils ont tous les deux une imagination hors du commun, leurs discussions peuvent durer des heures. Au bout d’un moment, notre garçon a échappé du lait. Pour tenter de ramasser le dégât, mon amoureux est parti à la recherche de papier pour éponger le tout.

En passant devant une porte ouverte, il a vu une dame assise à son bureau.

Lui: Est-ce que je peux vous prendre un peu de papier pour ramasser un dégât?

Elle: Oui bien sûr! Est-ce que c’est vous que j’entends parler avec un enfant depuis tantôt?

Lui: Oui, pourquoi?

Elle: Sachez monsieur que vous êtes un bon père!

Merci madame, si vous saviez comme parfois il doute de lui, comme il ne se voit pas aller.

Merci de lui avoir donné le sourire, de lui avoir confirmé qu’il faisait la bonne chose. Quand nous sommes parents, nous doutons tellement. Mon conjoint et moi avons décidé de ne pas donner de jeux électroniques dans les salles d’attente. Nous préférons discuter avec nos enfants et parfois, ça fait en sorte que nous dérangeons un peu plus. Certains regards se posent sur nous, mais nous avons décidé de ne pas flancher.

Vous le savez sûrement madame, mais quand nous devenons parents, nous nous remettons souvent en question.

Ce que vous ne savez pas en fait, c’est qu’au moment où mon garçon a fait le dégât, il a sûrement eu peur de déranger, parce que souvent c’est le cas. J’ai malheureusement découvert à quel point les enfants, ça dérange beaucoup de gens. Je trouve ça triste qu’on se fasse regarder parce que mes enfants parlent un peu plus fort, dansent au lieu de marcher ou bien qu’ils échappent quelque chose par mégarde. La société ne tolère pas les gens qui dépassent, ceux qui vivent leur monde.

Quand on est parent, on a tellement peur de déranger.

On empêche nos enfants de parler trop fort, on leur demande de marcher droit. Il y a naturellement des règles à respecter, mais des fois, je me demande si on leur en demande trop. Vous savez, je dis souvent à mon conjoint qu’il est un bon père, mais parfois l’entendre d’un inconnu, ça vaut tout l’or du monde. Ce n’est pas qu’on cherche une validation des autres, mais ça nous aide à continuer à suivre notre cœur. Tranquillement, mais sûrement, nous nous faisons confiance en tant que parents, un jour, une semaine, un mois, une année à la fois. 

Josiane