MESDAMES LES NAUSÉES, JE NE VOUS AIME PAS

Mesdames les nausées, je ne vous aime pas. Me réveiller le matin en ayant mal au cœur, passer toute ma journée en ayant mal au cœur, et me coucher en ayant encore mal au cœur, ce n’est pas vraiment ce que j’appelle agréable.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Lorsque j’ai appris que j’étais enceinte de ma crevette, il n’a pas fallu 2 jours pour que vous arriviez, armées jusqu’aux dents. J’ai bien essayé de vous faire partir à grands coups de Diclectin, de Gravol, de biscuits soda, de jus de pommes, de soupe Lipton…

J’ai essayé, mais rien n’y faisait. Vous étiez tenaces. L’eau, les odeurs, les goûts trop prononcés, tout me donnait cette impression que j’avais l’estomac au bord des lèvres.

J’étais censée vivre un moment magique. Dans ma tête, je devais vivre un rêve: ma première grossesse.

Eh non.

Vous en aviez décidé autrement. Pendant plus de 17 longues semaines, pendant plus de la moitié de ma grossesse, j’ai eu envie de vomir. Je n’ai pratiquement pas pris de poids pendant les 4 premiers mois. Souvent, tout ce que je mangeais ressortait.

J’étais loin de vivre la grossesse de rêve que je m’étais imaginée. On dit qu’environ 75% des femmes enceintes souffrent de nausées… Eh bien, je ne faisais définitivement pas partie des 25% de femmes chanceuses qui peuvent vivre un début de grossesse sans avoir l’estomac constamment retourné.

Mesdames les nausées, je ne vous aime pas, loin de là.

Mais je peux dire que vous jouiez votre rôle à merveille. À aucun moment, je n’ai eu le moindre doute sur la présence de mon bébé.

Chaque matin, chaque jour et chaque soir, je savais que ma petite crevette était là. Je savais que je traversais une période difficile pour son bien à elle. Je savais que j’allais un jour me sentir mieux et que je pourrais profiter un tantinet de ce lien privilégié que j’étais la seule à avoir avec mon enfant.

Mesdames les nausées, j’ai fini par réussir à me débarrasser de vous. Je ne m’ennuie pas de vous, croyez-moi. Mais si c’est ce qu’il faut pour avoir des enfants parfaits comme ma crevette, je veux bien passer à travers ce calvaire.

Mesdames les nausées, je crois qu’on peut se dire à bientôt!

S.Karlett