Notre petit jardin

Bien avant la période COVID-19, je jardinais. J’ai toujours aimé voir l’évolution des plantes, de cette petite graine sèche, jusqu’à l’éclosion des fleurs ou à l’apparition de légumes ou de fruits.

OUVERTURE
Agatha Mirabel
Réservez votre place!

J’ai initié tôt mes enfants à ce monde de «vivants» qu’on oublie peut-être un peu trop souvent.

Que l’on prend pour acquis à l’épicerie, sans vraiment trop penser à comment ils sont parvenus sur l’étalage. C’est comme ça. On n’a pas tous l’espace ni le temps d’entretenir un jardin, c’est bien correct. Chacun fait comme il peut.

Maintenant plus que jamais, je constate un peu plus l’intérêt des gens à cultiver leurs propres aliments.

Depuis quelques semaines, mon Facebook, Instagram ou autres regorgent de photos de petites pousses, alors que jamais auparavant il n’y en avait eu autant. Je trouve ça beau. Ça fait du bien toute cette verdure, toute cette vie!

On dit que cette crise est un avertissement de mère Nature. J’ai le goût d’y croire. Jamais les eaux de Venise n’ont été si belles, si claires. Les animaux se réapproprient leur environnement, les cerfs allant jusqu’à déambuler dans les rues de Paris. On dirait que la Terre respire enfin.

Cette année plus que jamais, j’ai le goût d’enseigner à mes enfants l’importance de respecter ce que la nature nous offre, de leur montrer toute la force et la générosité de cette dernière quand on en prend soin correctement, qu’on la respecte.

Cet été, je vais prendre le temps de leur faire voir l’évolution des petites graines de haricots, de courges, de concombres ou de carottes qui se retrouveront ensuite dans leurs assiettes. De leur faire remarquer à quel point ils goûtent meilleurs quand on les arrose de notre amour.

Que l’on cueille ce qui se trouve dans notre jardin ou qu’on achète nos produits en magasins, du moment où on prend le temps de les apprécier, je pense que cela fait toute la différence. Merci la Terre et j’espère, du plus profond de mon cœur, que les choses prendront une tournure différente maintenant, pour ton bien-être et celui de nos enfants.

Patricia LC