Même si tu ne me vois pas, maman t’aime et pense à toi!

On vient d’aller visiter. Papa et moi avons réfléchi. On a donné une décision positive sur le service de garde pour notre mini dans 1 mois jour pour jour et j’ai pleuré. C’est un soulagement de savoir que je pourrais retourner au travail sans avoir à faire de sacrifices financiers – pas la situation de toutes les familles du Québec malheureusement … – mais c’est aussi une grosse peine pour mon cœur de maman.

C’est la première fois que l’on sera séparé. Vraiment séparé.

Pas une histoire de quelques heures le temps d’un répit. Non, séparés tous les deux, chaque jour de chaque semaine. Comment va-t-on vivre cette séparation? Est-ce que de son côté ça sera plus simple à gérer pour lui que pour moi? Ça fait 10 mois + 9 mois de grossesse que je n’ai plus jamais été seule. Je suis certaine que le calme qui règnera maintenant à la maison durant la journée me causera du chagrin.

J’ai l’impression de devoir profiter de chaque seconde intensément avant le jour J avec lui comme lors des derniers jours de grossesse à le sentir bouger dans mon ventre.

Le temps va encore passer trop vite et cette échéance se rapproche…

Je profite comme je peux de nos derniers instants collés, de nos matins tout doux dans le lit, de nos derniers moments de jeux à deux, juste tous les deux.

Je pleure au fond de moi de savoir que nos moments seront limités à deux heures le matin pour se préparer et deux heures le soir pour la routine de la soirée/dodo.

Je pleure au fond de moi de rater ses sourires ou une étape importante de sa vie de bébé, de ne pas le voir interagir avec les autres enfants et de ne plus le voir évoluer, se développer ou découvrir quelque chose de nouveau. Me cherchera-t-il? Paniquera-t-il? Sera-t-il heureux? De mon côté, quel tournant va prendre mon rôle de mère? Si ce n’est pas moi qui suis là pour lui, à quoi vais-je servir?

Oh mon mini, je suis désolée si maman n’est pas là pour réconforter tes pleurs, je suis désolée si ce ne sont pas mes bras qui te prennent pour te rassurer, je suis désolée si tu me cherches sans me trouver, je suis désolée si des larmes coulent sur mes joues le jour de ta rentrée. Pourquoi ai-je ce sentiment d’être, à partir de ce jour, toujours trop loin?

Il y a des étapes dans le développement de notre progéniture qui casse le côté bébé et qui le fait devenir bambin.

Je trouve que l’entrée en garderie en fait partie. C’est le moment où il prend son autonomie et son indépendance. Mon cœur est contradictoire et la gestion des émotions est énorme, car je suis aussi si fière de le savoir prendre son «petit» envol. Il ne connaîtra plus que maman, il se fera des amis (j’ai cette crainte folle qu’il se fasse embêter si petit…) et passera ses journées dans un lieu différent de la maison. Cet ensemble, je le sais, va contribuer à le faire devenir qui il sera.

J’espère qu’il grandira dans la joie, la bienveillance et la confiance.

Enfin, je suis tout de même très reconnaissante d’avoir pu profiter de lui pendant 10 mois. Contrairement à mes acolytes françaises qui ne profitent de leur bébé que 3 mois à la maison, j’ai pu analyser mon fils de fond en comble, le regarder en large et en travers et le voir grandir et s’affirmer de jour en jour. Je me dis que s’il est devenu qui il est, c’est un peu en partie grâce à son père et moi et à la transmission de nos personnalités et de nos valeurs sous notre toit.

Et même si aujourd’hui, je suis triste de penser que mes moments avec mon mini sont terminés, que je ne serais plus celle au premier plan pour être témoin de ses exploits, je ne peux qu’être fière de moi, fière de nous et fière de lui.

Ça n’a pas de sens comme ça fait si mal d’aimer.

 

Je pense fort à vous les papas et les mamans, comment avez-vous vécu ce grand bouleversement familial?

 

Eloïse H.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Eloïse Houpert

Eloïse est française. Elle s’est expatriée au Québec en 2017 pour ce qui devait être un voyage de 6 mois, mais le destin en a choisi autrement. Depuis, elle a rencontré l’homme parfait québécois et est devenue maman d’un garçon pendant la pandémie de la COVID en novembre 2020.

À découvrir

Donner la vie

La courte histoire de mon très long récit...

J’avais peur d’accoucher. Je me sentais comme dans un dôme vide, hermétique, comme dans un espace sans repères. C’est quoi accoucher? Ça fait mal comment? Ça fait mal où? Je sais bien que tous les récits d’accouchement relèvent d’une expérience unique et personnelle, mais repenser au mien me fait un peu pâmer de rire, parce...


Cynthia Riel-Herbet24 septembre 2021
Donner la vie

Je n’étais pas prête à aimer autant

Dès que le test de grossesse est positif, on nous prépare à beaucoup de choses. On nous parle de la grossesse, de ce qu’il faut préparer pour l’arrivée du bébé, de ce qu’il faut mettre dans sa valise d’hôpital, de l’importance du peau à peau etc. Et également du développement du lien d’attachement...


Roxanne22 septembre 2021

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique