Occupe-toi de ta mousse de nombril!

Prends ma main et accompagne-moi pour un voyage particulier. Imagine que tous les gens que tu as côtoyés habitent un grand immeuble transparent…

Nous leur rendrons visite ce soir, tu pourras les espionner et apprendre plein de détails croustillants sur leur vie. Tu es prête?

15% de rabais
UPPAbaby Vista
Voir UPPAbaby

Débutons avec le 5D.

Regarde bien, tu le reconnais? C’est le papa qui était au McDo l’autre jour avec ses deux petites filles. Tu te disais «sûrement un échange de garde». Il était toujours sur son cellulaire, délaissant ses enfants, ayant probablement bien hâte de se retrouver tranquille. Tu disais justement à ton conjoint que ce n’était pas une façon de s’occuper de ses enfants, que les fillettes étaient surement mieux avec leur mère. En réalité, il regardait son téléphone, attendant des nouvelles de sa femme, la mère de ses enfants, qui était en salle d’opération. Ton jugement il ne l’a pas perçu, c’est vrai, mais qui es-tu pour avoir osé le juger sans connaître le fond de l’histoire?

Pendant que tu y réfléchis, allons voir le 4A.

Une famille que tu as déjà côtoyée: l’aînée est amie avec ta fille. Tu y as même déjà envoyé ton enfant lors d’une journée pédagogique alors que tu devais travailler. Tu avais ouvertement critiqué la mère qui avait laissé les enfants jouer aux jeux vidéo toute la journée… Tu te rappelles maintenant? Observe cette famille… Ils sont trois enfants, souriants, polis. La maman est également souriante. En ce moment elle prépare le souper pendant que les enfants sont (encore) devant la TV. Décourageant… Tu as vu le papa dernièrement? Ha non… Pas depuis un bout en effet. Tu as pris le temps de discuter avec la maman? Ha non, tu étais bien occupée. Hey bien, son mari est parti, avec une bonne partie des économies. Elle occupe maintenant deux emplois en plus de s’occuper des enfants et de la maison, seule. Elle peine à nourrir ses enfants et l’autre jour, elle a également nourri TA fille, avec le sourire. Et toi, avec tes grands sabots, tu l’as critiquée sans ménagement.

Laissons-les à leur souper et allons au 35A.

Il y a beaucoup de bruits ici, c’est toujours la fête dans cette famille que tu connais bien. Les parents sont tes amis depuis longtemps, deux parents aimants avec trois formidables enfants. Ils sont toujours parfaits, un peu trop parfois. Tu te demandes comment ils ont réussi pour que la vie soit toujours aussi facile, tu es honnêtement jalouse de tes amis. Tu n’abordes jamais tes difficultés avec eux, tu exagères les comportements de tes enfants, tu embellis toutes tes histoires pour paraître aussi parfaite à leurs yeux. Bref, tu mens à tes amis! Mais observe bien… Le plus vieux hurle dans sa chambre, c’est sa troisième crise cette semaine. Le bébé pleure et ne veut pas dormir, comme toujours. La fillette est tranquille… et se balance d’avant en arrière. Maman tente de calmer le grand, elle-même les larmes aux yeux. Elle n’en peut plus et aimerait tant pouvoir en parler avec quelqu’un, mais la vie semble si facile pour les autres… Papa berce le bébé tout en s’inquiétant des comportements de sa fille, s’il pouvait au moins en parler… mais en dehors de la maison, tout va bien, personne ne voit rien, personne ne le croirait…

Déstabilisée par tout ce que tu vois?  Encore le goût de fouiller dans la vie privée des gens? Allons au 32C.

C’est une maman que tu as croisée à l’épicerie avec ses quatre enfants. Tu te rappelles ce que tu as pensé ? «My god! 4?! Elle est complètement folle!? Pis en plus elle les apporte à l’épicerie, ils vont mettre le bordel c’est clair!!» Alors que tu faisais ton épicerie, seule, pendant que tes enfants étaient à la garderie, elle, elle sortait pour la première fois de la semaine de sa maison. Mère au foyer avec ses quatre amours, elle n’a pas beaucoup de répits et faire l’épicerie c’est une sortie qu’elle adore, comme ses enfants. D’ailleurs, les gros yeux que les gens lui lançaient alors que ses enfants étaient bien tranquilles n’avaient pas leur raison d’être… Puis le bébé s’est mis à pleurer, dans ton for intérieur tu te disais, en ricanant bien sûr, «C’est pour ça qu’on n’apporte pas de bébé à l’épicerie!». La grande fille a voulu aider sa mère et c’est là que le pot de cornichons a cassé. Vous étiez plusieurs dans l’allée. Personne n’est venu aider cette mère et sa pauvre fillette qui pleurait de désolation… Personne… Vous avez tous lancé des regards noirs et avez passé votre chemin. Elle s’est retrouvée seule dans l’allée avec de la vitre et des enfants qui pleuraient. Alors que vous étiez tous aptes à aider.

Ne lâche pas, c’est notre dernière visite. L’appartement 17E. Quel bordel!

Je me demande bien qui y habite. Des jouets traînent partout, il y a de la vaisselle sale, des vêtements empilés. Je trouve cela horrible! Ho regarde… mais c’est toi?! Tu arrives du travail avec les enfants et ton mari. Tu sembles vraiment épuisée. Tu as à peine tout déposé que tu vas préparer le souper pendant que ton mari s’occupe des devoirs et des bains. Vous mangez en famille en riant. Vous avez beaucoup de plaisir! C’est l’heure du dodo. Tout le monde est couché, vous faites la vaisselle, pliez un peu de linge. Puis, tu regardes l’heure, une autre journée t’attend, il y a encore du ménage, mais le fossé entre toi et ton conjoint se creuse… Tu choisis ton couple et délaisses le ménage, ce dernier pourra être repris demain.

Mon regard t’a blessée… Mon jugement trop facile, sans même connaitre le fond de ton histoire, n’avait pas sa place.

Mais tes regards et tes jugements néfastes sont aussi désagréables pour les autres. Si tu ne peux ouvrir ton cœur et laisser de côté ton jugement, occupe-toi juste de ta mousse de nombril et laisse vivre les autres!

Nathalie L.