Oui, j’aime ça quand ça brille!

Dernièrement, un article a attiré mon attention (et pas pour les bonnes raisons). On y mentionne qu’une maison propre ou trop bien rangée est une maison sans vie. À mon avis, cette affirmation est aussi ridicule que si je disais qu’une maison en désordre était un lieu malsain pour des enfants. Non, mais sérieusement?

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Je comprends très bien que pour certaines personnes, faire le ménage est un calvaire.

On n’a pas toujours le temps, ce n’est pas l’activité du siècle et on s’entend que deux secondes plus tard, une fois les marmeaux passés, il ne reste plus grand-chose de l’effort rendu. Je comprends aussi très bien qu’il ne faut pas virer «fou» avec le ménage et qu’il y a bien autre chose qui passe avant. Ce n’est pas et ce ne sera jamais une priorité. Tout ça, je le comprends parfaitement.

Par contre, je conçois bien mal qu’on se permette de juger le fait qu’une personne aime entretenir sa maison au point qu’il ne s’agisse pas d’une corvée, mais simplement d’un état de bien-être.

Pour moi, ce n’est pas rebutant de passer la balayeuse ou de nettoyer les comptoirs. Ça me fait du bien. Ça me change les idées.  Je vous rassure, il y a des choses que je déteste faire, comme le lavage par exemple. Le ménage est-il soudainement devenu quelque chose de malsain et personne ne m’a prévenu? Ou cet article a-t-il été écrit par une personne tout simplement jalouse de la vie d’autrui (parce qu’utiliser le terme «sans vie» c’est fort quand même…)? Le ménage ne devrait pas être vu comme un signe de réussite ou d’échec. C’est une façon de vivre et elle varie de famille en famille, tout simplement.

Quand les gens entrent chez moi, ils me disent souvent que «C’est donc bin propre».

On me taquine aussi sur le nombre de fois que je passe la balayeuse dans une semaine. On me dit souvent «Je sais pas comment tu fais, moi j’y arrive pas», «Tu dois passer tout ton temps à ramasser?». Oui et? Tu as le droit de ne pas prendre le temps de faire comme moi. Quand j’entre chez quelqu’un, je ne dis jamais «Ouf… y’a du laisser-aller hein?!». Autant j’aime que ma maison soit bien rangée, autant je ne regarde absolument pas comment ça se passe ailleurs.

Ta maison, ta vie.

Alors par pitié, ne me dites pas que ma maison n’est pas vivante parce que rien ne traîne. Ma maison est très vivante parce que j’ai deux beaux enfants qui y habitent et qui y foutent le bordel, comme partout ailleurs. Et bien que j’aime que ma maison soit bien rangée la plupart du temps, moi aussi j’ai des moments de lâcher prise et je ferme les yeux sur le bordel.

Patricia LC