Poursuivre après l’échec

Je suis généralement une personne assez positive dans la vie, mais parfois, poursuivre, c’est nettement plus difficile qu’autre chose…

Un peu comme quand on commence à essayer de concevoir, quand on commence la procréation assistée, on aime bien croire que pour nous ça ira bien! Que dès la première insémination ça fonctionnera, que 9 mois plus tard on aura notre petit trésor avec nous. Évidemment ça fonctionne pour certains couples, mais c’est un peu comme en essai naturel, ce n’est pas une garantie, on a en général plus ou moins 30% de chances que ça fonctionne (selon le problème de fertilité et de nombreux facteurs qui peuvent intervenir).

Lors de ma première insémination à l’automne 2021, on aurait dit que je savais que ça ne fonctionnerait pas.

Bien qu’il y a tout de même eu une déception quand mes règles ont débuté 14 jours plus tard, je n’étais pas très surprise.

Lors du deuxième essai, par contre, j’y croyais. Cette fois c’était la bonne!

Tous les astres étaient alignés, le 23 décembre, dernière journée avant le congé des fêtes pour les interventions, je me disais qu’on aurait un petit miracle de Noël!

Après plusieurs jours de tests positifs, nous étions aux anges! Malheureusement, quelques jours plus tard, notre bonheur s’est rapidement effondré quand j’ai fait ce que l’on qualifie une fausse couche précoce.

C’est selon moi, l’épreuve la plus difficile à surmonter que j’ai vécue jusqu’à présent. Plus difficile que de réaliser qu’on ne réussirait pas à concevoir naturellement, plus difficile que de voir tout le monde autour de moi avoir leurs bébés, plus difficile que de passer mille et un tests pour débuter la procréation assistée.

J’ai tout remis en question. Chaque décision de la semaine dernière.

Est-ce que j’aurais dû plutôt manger ceci ou cela, prendre telle vitamine plus rapidement ou me reposer plus? Est-ce que mon corps serait un jour capable d’avoir un bébé? Est-ce que ça vaut la peine de continuer? Est-ce que je devrais plutôt adopter? Est-ce que la vie m’envoyait un message? Alors qu’en réalité, une grossesse biochimique, c’est généralement causée par une malformation de l’embryon tout simplement.

Le premier mois fut particulièrement difficile. J’ai bien envisagé de tout abandonner. Mais avec le temps, l’espoir s’est repointé le bout du nez. Il faut se laisser du temps.

Je n’ai pas de recette miracle pour être capable de se relever. Je ne pense pas que tout le monde passe à travers de la même façon, mais je crois que ces 3 petits trucs peuvent te servir si tu passes toi aussi par cette épreuve.

  1. Prends le temps d’être triste.

    C’est OK de pleurer et d’en vouloir à ton corps, au monde et à la vie. C’est correct de vivre ta peine, laisse-toi le droit.

  2. Entoure-toi bien.

    J’ai fait l’erreur au début de m’isoler et de ne vouloir voir personne. Il y a des gens qui sont là pour t’aider et te soutenir. Parle-leur. Si ce n’est pas de cette épreuve, ça peut être d’autre chose aussi, socialiser t’aidera à passer au travers.

  3. Donne-toi le temps.

    Les premières semaines, je ne voyais pas comment j’allais revivre ça encore plusieurs fois! Mais avec le temps, j’ai relativisé, j’ai réfléchi et j’ai fini par voir que la prochaine pourrait être la bonne et que ce n’est pas que mon corps me laisse tomber, mais plutôt que je dois lui laisser le temps de maîtriser cette dure épreuve qu’est la procréation assistée.

Un petit truc extra, mais qui ne convient toutefois pas à tout le monde, j’ai commencé à acheter quelques items pour mon futur bébé toujours pas conçu!

Dans mon cœur, ça m’aide de me dire qu’un jour ça servira! Certaines achètent des vêtements de maternité, créent un registre de bébé ou font une liste de prénoms… Trouve l’activité qui te plaît pour t’y préparer un petit peu, si ça t’aide à garder espoir!

 

Catherine G.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Catherine Gendron

Catherine est une fille de famille et d’amis. Jeune femme de 28 ans, elle adore être entourée des gens qu’elle aime et s’amuser. Amoureuse de la vie, elle veut toujours en apprendre plus et profiter de chaque moment.

À découvrir

Tricoter un humain

Rituels pour célébrer les futures mamans

Dans un monde où tout va tellement vite et où on consomme beaucoup trop, revenir à l’essentiel devient impératif. En tant que Doula, je remarque le besoin criant des futures mères de se sentir soutenues, accompagnées et honorées. Les femmes ont besoin de sororité, elles ont besoin d’un village autour d’elles, plutôt que de...


Tricoter un humain

Lettre à mon fils

À toi, mon dernier bébé, mon petit miracle, Je t’écris pour te confesser l’inavouable. Lorsque tu m’as annoncé ta visite, j’ai pleuré. Mais pas de joie. Je souhaitais museler la cigogne. Pour qu’elle cesse de me faire de fausses promesses. Je ne voulais pas que tu sois. Je refusais cette croix sur un bout de […]


Mélissa Meunier31 mars 2022