Quand les virus de garderie prennent le contrôle

Tant de personnes m’avaient prévenue, mais la réalité m’a quand même prise par surprise.

Je ne me serais jamais doutée devoir me rendre à maintes reprises à la pharmacie pour l’achat de Tylenol et d’Advil pour mon fils.

Dans sa première année de vie, il n’avait jamais été malade et en tant que parent, c’est ce que nous souhaitons tous pour nos enfants: la santé.

Naturellement, les microbes de la maison diffèrent de ceux de la garderie et le système immunitaire d’un bébé doit développer ses propres anticorps face à ceux-ci.

Mon garçon a commencé la garderie en août dernier et depuis, il a dû attraper 6 ou 7 virus sans compter bien évidemment la congestion nasale et une toux interminable.

Je vous assure que je suis bien consciente désormais de cette réalité qui touche les jeunes enfants en milieu de garde. La variété des virus est infinie et ils ne sont pas toujours évidents à déceler quand ton enfant n’est pas en mesure de s’exprimer. Gastro, sinusite, laryngite, otite, rhume, grippe, COVID, roséole et j’en passe.

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai vécu des moments forts en émotions et j’ai eu de grosses baisses d’énergie à travers ces épreuves difficiles pour le cœur de maman.

Un défi de taille qui nous amène à intervenir avec un bébé qui s’étouffe dans ses sécrétions, qui refuse de s’alimenter, qui est complètement amorphe et qui dort 20 heures par jour avec une fièvre qui dure sur une longue période. Je suis certaine que je ne suis pas la seule à trouver ces moments ardus, puisque nous nous sentons impuissants. Neutralisés par l’inconnu et coincés dans une boucle qui nous semble sans fin.

La santé de nos enfants et leur bien-être est sans aucun doute notre priorité, mais ça nous occasionne tous une angoisse de savoir si nous ferons une semaine complète au travail ou encore si nous aurons à nous absenter encore une fois.

Plusieurs employeurs seront compréhensifs, puisqu’ils ont eux-mêmes des enfants, mais pour d’autres, cette réalité semble excessive et ils préfèrent sanctionner les parents impuissants. Évitons d’ajouter un stress supplémentaire sur les épaules des parents et soyons plus à l’écoute de leurs besoins.

Vous vous reconnaissez dans ces dernières lignes, alors sachez que vous n’êtes pas seuls dans cette situation accablante.

 

Avez-vous des conseils à donner aux parents qui traversent cette période?

 

Geneviève P.

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest

À propos de l'autrice

Geneviève Pelletier

Maman d’un petit garçon de 9 mois et nouvellement enceinte d’une petite crevette. Authentique, elle aime exposer l’envers du décor de la mère parfaite. Son amour pour le plein air l’amène à dénicher des paysages à couper le souffle qu’elle souhaite faire découvrir à ses enfants.

À découvrir

Être une famille

J’ai peur de te voir grandir

Aujourd’hui, mon petit cœur, j’ai eu un «feeling» qui m’a fait peur. Je te regardais aller, à faire à ta tête sans jamais t’arrêter, à vivre dans ta bulle sans porter attention à mes paroles. Tu n’écoutais pas les consignes. En fait, tu ne semblais même pas m’entendre. Tu courais comme si tu venais de […]


S. Karlett
S. Karlett20 janvier 2022
Être une famille

Ton nouveau rôle de grand frère

La vie à 4 est une nouvelle dynamique depuis maintenant quelques mois. Une petite princesse est venue s’ajouter à l’équation, au grand plaisir de tous, mais en apportant quelques difficultés pour toi mon grand garçon, et je te comprends. Je comprends que tu souhaites parfois vouloir être seul dans ton monde, sans avoir ta petite...


Geneviève Fortier17 janvier 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique