Quand virus rime avec anxiété parentale

Je ne sais pas pour vous, chères lectrices et lecteurs, mais ce qui me fait le plus perdre mes moyens en tant que parent, c’est lorsque mes enfants sont vraiment malades. Ces moments me sont profondément anxiogènes et me marquent encore des années plus tard.

 

J’ai le souvenir d’une nuit où j’étais seule avec mon premier bébé et que j’ai dû appeler son père pour qu’il quitte le travail en urgence parce que je n’étais pas capable de gérer. Je vous épargne les détails, mais c’était trop pour mon petit cœur de mère. J’avais besoin d’être accompagnée, soutenue et que quelqu’un valide mon jugement de la situation.

Est-ce qu’on va à l’urgence? Est-ce que j’appelle le 811? Est-ce qu’on attend? Je ne voulais pas être seule avec la décision qu’on allait prendre.

 

Mon garçon a grandi et cette anxiété s’est estompée. Dorénavant, il est capable de me dire où il a mal ou comment il se sent et je me gère beaucoup mieux quand il est malade. Je pensais donc que j’avais mûri comme maman, que j’avais gagné en confiance et que j’étais une WonderWoman moi aussi.

Puis… j’ai accouché de sa sœur il y a deux mois.

 

Mon fils a commencé dans un nouveau CPE il y a deux semaines. La première journée, j’ai vu qu’un des cocos toussait et avait le nez qui coulait beaucoup. Mon réflexe a été instantané : bon, c’est sûr qu’on l’attrape ! J’avais presque envie de le ramener à la maison, on se sortait tout juste d’un autre virus familial. Quelques jours plus tard, mon fils tousse et est enrhumé, lui aussi. J’essaie du mieux que je peux de protéger sa sœur de deux mois, mais c’est difficile car je suis souvent seule avec les deux. Vous devinez probablement la suite… Mon bébé l’attrape.

Avec tout ce qu’on entend aux nouvelles présentement concernant le VRS et les hospitalisations chez les bébés, j’essaie de garder mon calme et de me dire que ‘’ça arrive juste aux autres’’.

 

Deux jours plus tard, mon bébé tousse et fait du tirage au niveau des poumons. Qu’est-ce que je fais? La maudite décision.

Je ne veux pas aller à l’hôpital pour rien. Ils sont engorgés et je risque de l’exposer davantage. En même temps, je ne sais pas si c’est un cas urgent ou si ça va se placer avec le temps.

Je n’en sais rien et j’angoisse. Je décide de me rendre à l’urgence. Je fonds en larme à l’accueil parce que je n’arrive pas à me gérer. On est vu rapidement vu son âge. C’est une bronchiolite. On nous retourne à la maison avec quelques consignes.

Le lendemain son état s’aggrave, là, je sais que je dois y aller.

Le médecin l’hospitalise sur le champ. J’embarque sur le pilote automatique. C’est lorsqu’elle obtient enfin sa chambre que je réalise l’ampleur de ce qu’elle et moi vivons. Ma petite est forte et résiliente. J’aimerais me qualifier de la sorte aussi, mais je suis dure avec moi-même.

 

Nous sommes finalement de retour à la maison et elle prend du mieux chaque jour. On a vécu une hospitalisation de quatre jours et les images me hantent encore. Je ne m’étais jamais imaginée vivre ce genre d’épreuve avec un si petit bébé. On a pris la décision de garder notre plus vieux à la maison toute la semaine pour éviter un nouveau virus à notre retour, pour nous laisser le temps de reprendre des forces, elle et moi.

 

Lundi prochain approche et j’ai peur. Mon fils devra retourner au CPE un jour ou l’autre et j’en suis terrifiée.

 

Chers parents, comment arrivez-vous à accepter ces risques et à gérer les virus avec plusieurs enfants dont un bébé? C’est clairement un défi auquel je n’avais pas réfléchi avant d’avoir un deuxième enfant.

 

Simone

Envie de partager votre lecture?

Share on facebook
Share on email
Share on pinterest
Simone M.

À propos de l'autrice

Simone M.

Jeune maman dans la vingtaine de bientôt deux enfants, j’écris pour mettre des mots sur ce que je ressens et pour trouver des gens qui me ressemblent, qui me comprennent. Étant la seule mère de jeunes enfants dans mon entourage, j’ai un besoin viscéral de sentir que j’appartiens à un groupe.

À découvrir

Devenir parent

Maman… j’ai la mémoire qui oublie

Je pense à toi, tous les jours de ma vie. Lorsque je croise un lac sur ma route, lorsque j’entends une chanson que tu aimais, lorsque je sens ton odeur dans l’air… Je pense à toi, tous les jours de ma vie et pourtant… j’oublie. Pendant un certain temps, j’étais capable de sentir ta main […]


Marie-Soleil Fortin23 Décembre 2022
Devenir parent

Parfaite

Vers 11h, je me dis à moi-même que je suis vraiment bonne. Que je suis une maman à l’écoute, bienveillante et vraiment cool. À 13h, je me surprends à me trouver vraiment ordinaire. À me culpabiliser d’avoir crié après mon coco, parce que crier, on ne fait pas ça. On ne devrait jamais, jamais faire […]


Élisabeth Chevrier3 novembre 2022

Vivez l’expérience

En ligne et en boutique

Les plus consultés