Quel scandale! Un enfant qui ne va pas en garderie… Vite sauvons-le!

Votre enfant fréquente la garderie ? Si oui, alors il sera difficile de comprendre ce que je vis dans mon quotidien. Mais de la même façon que je tente de comprendre la réalité d’une famille où les deux parents travaillent, tentez de vous mettre à ma place le temps de cette lecture.

Pour ceux qui, comme moi, partagent cette réalité, tentons de remettre les pendules à l’heure: la garderie n’est pas un passage obligé!

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Je tiens à préciser tout d’abord, avant qu’on me lance des roches, que je connais la réalité des éducatrices et que jamais je ne sous-estimerais leur travail et leur dévotion. Ayant moi-même été éducatrice, je connais l’ampleur de leur tâche et je n’ai rien contre elles, ni contre les parents qui utilisent les services de garderie. Je suis pour le libre choix dans tout, il est plutôt question de montrer la réalité des enfants hors garderie.

Peu importe où nous allons, lorsque je suis avec mes enfants en pleine semaine, les inconnus nous accostent en demandant à mon grand «Tu n’es pas à la garderie aujourd’hui? Tu es en congé?».

 C’est la même histoire depuis cinq ans: je vivais cela avec ma fille, je le vis avec mon grand de 4 ans et je le revivrais avec ma petite de tout juste un an. Pouvez-vous me dire pourquoi la planète au complet prend pour acquis que TOUS les enfants du Québec vont en garderie? Mon gars a tendance à répondre en riant «Ben non, la garderie c’est pour les bébés!», ou juste regarder bêtement les gens en ne répondant pas. Leur réponse la plus fréquente est sans doute «Pourquoi j’irais à la garderie? Je reste avec maman! Je suis toujours en congé.»

Face à l’incompréhension des gens, je dois préciser en disant que mes enfants ne fréquentent pas la garderie, ni hier, ni aujourd’hui, ni demain.

Et c’est là que les propos, les jugements se font sentir. Alors que mes enfants ne connaissent pas le principe d’une garderie et qu’ils ne savent quoi répondre aux gens qui prennent pour acquis que tout enfant de plus d’un an fréquente une garderie, moi je dois faire face aux pensées que je vois à travers les yeux de ces gens… Lorsque leurs pensées ne sortent pas littéralement de leur bouche pour venir ébranler nos choix de vie.

Tout d’abord, le premier commentaire concerne la socialisation.

C’est un mot à la mode qui rime toujours avec garderie. «Ton enfant doit socialiser!» Honnêtement, c’est vrai. Moi aussi j’ai besoin de socialiser, donc mes enfants ne sont pas enfermés dans la maison pendant 5 ans de leur vie. Et oui, nous sortons! Mes enfants sont «horriblement» sociaux, et bien plus que moi! Ils parlent aux gens à l’épicerie, discutent avec les serveurs, se font des amis au parc. Ils sont polis, ils ont de l’entregent et sont toujours partant pour une petite jasette! Ils n’ont jamais été forcés de socialiser, ils l’ont fait à leur rythme, et devinez quoi… Ils n’ont jamais attaqué personne! Jamais… Mais lorsqu’on me lance ce commentaire, je réponds bien honnêtement qu’un enfant d’un an ne socialise pas et que mes enfants vont survivre jusqu’à la maternelle sans être obligatoirement dans le système. Et ma fille qui est maintenant en première année se débrouille plutôt bien pour une «asociale» n’ayant pas été en garderie…

Évidemment, lorsqu’on va voir des professionnels, docteur, optométriste, dentiste, etc., il y a toujours des questions sur le «background» de l’enfant et celle qui me dérange et me fait enrager le plus n’est même pas une question, mais plutôt ce principe de prendre pour acquis que l’enfant est en garderie.

Généralement, la question n’est même pas posée «Votre enfant est-il en garderie?», ce qui laisserait la porte à une autre possibilité. Non! On me demande bien convaincu «Il est en garderie!». «Non, madame, non monsieur, il est à la maison avec moi et sa sœur!» Je n’aime pas ce principe d’imposer une réalité! Nous sommes une société ouverte d’esprit où une famille n’est pas qu’un papa et une maman, une famille est un univers d’amour coloré où s’épanouissent les enfants, alors pourquoi on ne peut pas s’ouvrir un peu plus et simplement laisser le choix «Votre enfant est à la garderie ou à la maison?». Je sais que ce n’est pas grand-chose pour vous, mais pour mes enfants et moi, ça représente beaucoup. Ça représente notre réalité qui n’est pas comprise, marginalisée et jugée. J’ai malheureusement croisé des médecins qui ont osé dire que les symptômes de ma fille étaient imaginaires. Elle réagissait simplement au fait d’être à la maternelle, loin de maman. Quelques mois plus tard, nous avons découvert qu’elle faisait de l’asthme… Toute une maladie imaginaire!

Et puis, pour plusieurs, un enfant à la maison rime avec manque d’autonomie.

Comme s’il ne faisait rien à la maison par lui-même et que maman, sa «servante» accomplissait ses moindres désirs. Et bien non… Mes enfants m’aident à faire le ménage, ils se battent pour la balayeuse, ils plient les vêtements, ils pleurent pour faire la vaisselle avec moi et ils rangent même leurs jouets! Les professeurs de maternelle ont toujours cet air étonné lorsqu’un enfant venant d’un autre monde (de la maison) est capable de s’habiller seul l’hiver ou qu’il écoute si bien les consignes. Lors de la journée visite de l’école de ma fille, les enseignants étaient tous estomaqués de savoir qu’elle n’avait pas fréquenté la garderie. Leur air étonné en était presque insultant pour toutes les mamans et papa à la maison. Croyez-vous vraiment que l’éducatrice en CPE fait une meilleure «job» que nous? Qu’un enfant à la maison ne peut pas être stimulé suffisamment pour être prêt pour la maternelle? Je vois tristement trop de commentaires de mamans désemparées, car leur entourage doute de leur choix de rester à la maison, car leurs enfants ne feront pas comme à la garderie. Oui et alors? Justement, on ne veut pas qu’ils fassent comme à la garderie, ils sont à la maison, ils vont apprendre d’autres choses! On n’a pas besoin de les «animer», on a besoin de les éduquer. L’éducatrice fait une superbe job pour s’occuper de vos enfants lorsque vous êtes absents. Moi je m’occupe de mes enfants, car je le veux et je le peux, donc, je ne crois pas être moins bien outillée pour faire ma job de parent que l’éducatrice ou que vous lorsque votre enfant est avec vous. Pourquoi les mamans se retrouvent-elles avec ce doute horrible de croire que leurs enfants seraient mieux en garderie alors qu’elles n’ont que le désir de rester avec eux ? Pourquoi notre société en est-elle rendue là? Il faudrait commencer à y penser… Et surtout, laisser les parents qui le souhaitent prendre soin de leurs enfants sans les diminuer face à ce travail ardu.

On parle beaucoup de la garderie pour détecter les problèmes des enfants avant l’entrée à l’école.

Il est vrai que certains parents peuvent ne pas voir la difficulté de leurs enfants. Mais les visites chez le docteur ou la famille peuvent devenir des ressources. Et puis au pire, à la maternelle, tout sera en place pour cet enfant, malgré le retard, il retrouvera vite le bon chemin. Un enfant en difficulté avec des parents bien outillés, qu’ils soient travailleurs ou à la maison, sera dirigé vers les bonnes ressources, qu’il soit en garderie ou non. Il faut cesser de croire que seulement les garderies peuvent aider, laissez-nous aider nos enfants, et donnez-nous ces moyens, sans votre jugement s’il vous plait! Que ça soit au privé ou par les CLSC, un parent à la maison saura aider son enfant s’il le désire, il faut cesser de mettre la responsabilité de l’éducation complète des enfants sur le dos des garderies. Pauvres éducatrices, elles ont d’énormes responsabilités, elles ne font plus que s’occuper de nos enfants: elles les élèvent, elles les éduquent et elles doivent voir toutes les problématiques possibles. Le parent aussi doit faire sa part! Je suis à la maison, je ne suis pas naïve, mes enfants ne sont pas parfaits. Oui mon garçon a une difficulté de langage, je ne me cache pas la tête dans le sable. J’ai même agi seule, sans l’aide de la garderie. Wow! Comment puis-je avoir survécu sans la garderie?!

Dernièrement j’ai lu un commentaire qui m’a horripilée: «On ne devrait pas être obligé de s’occuper de nos enfants si on a la chance d’avoir une carrière.»

J’espère honnêtement que cette personne ne pensait pas réellement ça… J’espère qu’elle n’a pas d’enfants et n’en aura pas. Un enfant vient avec des obligations, mais c’est aussi un miracle, une source d’émerveillement, de l’amour pur! Ce n’est pas à la société de prendre soin de tes enfants si tu as une carrière, la garderie ne doit jamais remplacer les parents! Si les deux parents choisissent de travailler et que les enfants fréquentent les garderies, personne ne pose de jugements, alors laissez-moi choisir d’être à la maison, je n’ai pas besoin de vos jugements. Toute la société, même le gouvernement avec son besoin de placer TOUS les enfants en garderie, ne préconise que ça. Et s’il y avait d’autres options, toujours selon les goûts et les besoins de chaque famille? Et si on pouvait cesser de prendre pour acquis que la place d’un enfant est en garderie? Et si on ouvrait la porte aux possibilités? Et si on laissait les parents qui le désirent, élever leurs enfants? Et si on leur démontrait qu’ils sont compétents et qu’ils peuvent eux aussi y arriver, même s’ils ne sont pas éducateurs?

Nathalie L.