Sabbatique

Dans quelques jours, je serai en congé. Oui, je suis enseignante au cégep et j’ai la chance de ne pas travailler durant tous mes étés.

Mais ce congé est spécial ; je débute une année sabbatique.

Je recommencerai officiellement en août 2019. Ça me semble si loin et en même temps, je suis certaine que le temps de cligner des yeux et nous y serons déjà. C’est pourquoi je veux prendre le temps de vivre cette année à plein.

Pourquoi une année sabbatique?

Tout d’abord, parce que quand mon milieu est entré en maternelle, j’étais en congé de maternité de ma dernière. Et j’ai vu la différence. J’étais là, chaque après-midi lorsqu’il revenait en autobus avec son immense sac à dos et qu’il avait mille choses à me raconter. On passait une heure ensemble à jouer, à jaser… c’était merveilleux. Je n’avais pas vécu ça avec ma plus vieille et ça m’a sauté aux yeux. Je veux donc être là pour ma pinotte, partager ces moments avec elle.

Ensuite, une sabbatique pour mon ainée.

Elle fera sa grande entrée au secondaire cet automne, ce qui n’est pas banal! Même si ce n’est pas avec elle que j’ai la relation la plus saine et épanouie, je sais combien cette étape peut être éprouvante et émotionnellement demandante. Je me souviens très bien de mon arrivée au secondaire et ce n’était pas jojo tous les jours! Je veux donc être là pour l’accompagner du mieux que je pourrai, avec ce qu’elle me laissera faire.

Une année sabbatique pour mon milieu.

Il sera en 5e année et cette année demande une certaine préparation aux tests importants du ministère et aux défis plus grands. Ce n’est pas toujours aisé pour lui de compléter ses devoirs, de focusser sur ses tâches. Je veux être là pour le soutenir et l’encourager.

Bien que j’aurais dû citer cette raison en premier lieu, le fait de prendre une sabbatique me permettra surtout de prendre du temps pour moi.

Vous le savez, une maman heureuse fait des enfants heureux.

Je souhaite, avec cette année, me ressourcer. M’entraîner pour moi. Respirer et méditer pour moi. Voyager pour moi. Je veux concrétiser certains projets qui traînent depuis longtemps puisque le tourbillon du quotidien les a happés à la vitesse grand V. Je veux descendre le niveau de mon stress, qui a atteint un plateau inconfortable depuis un certain temps. Je suis importante et je dois le réaliser.

À tous ceux qui doutent et qui me disent que je suis courageuse de prendre une sabbatique…

Ce n’est pas du courage, mais bien du lâcher-prise!

Faire en sorte que les individus importants dans ma vie prennent la place qui leur revient, décrocher du travail pour retourner à l’essentiel; l’amour, l’amitié, le slow-living. J’ai douté, je l’avoue. Mais maintenant que cette opportunité est à ma porte, je n’ai que l’envie de la saisir et d’en profiter pleinement!

Caroline H-D