S’il fallait…

Aujourd’hui, comme bien du monde j’ai fait du ménage! Tsé un bon ménage que tout est propre pis là, mes enfants sont arrivés et en 8 minutes c’est comme disparu. J’étais un brin triste, mais il y a des affaires bin bin pires que ça qui arrivent, comme ce qui s’est passé ce jeudi à la game de balle molle de mon mari.

La dernière de la saison contre une équipe qu’on aime pas mal.

Il faisait un peu froid, mais les filles y tenaient quand même vu que les amis y sont toujours présents. On s’est habillées chaudement pis c’était parti pour une dernière (belle) soirée à Mirabel! Au parc du baseball il y a bin des affaires, du soccer, du tennis, un gym en plein air, du basket, des jeux d’eau et surtout beaucoup de gens.

Les filles adorent aller jouer au parc de l’autre bord! C’est une bonne petite marche, elles courent et se pensent les reines du monde. C’est beau de les voir.

Promotion
Financement 36 mois sans intérêt
Voir la promo

Ce soir là, le «préf» de ma grande y était. Elle était contente de partager cette marche avec lui. Il s’en va à l’école lui. Alors, il lui expliquait que ces souliers-là, ils allaient courir vite à l’école et tout le tralala. Ils étaient mignons et heureux.

Ils se sont balancés longtemps, ils ont ri fort et un moment donné, on l’a perdu de vue. 1/4 de seconde après sa glissade, il est disparu!

Un peu comme mon ménage tantôt, mais encore plus vite mettons! Flavie criait son nom, Marine aussi: sors de ta cachette, sans réponse et là, mes yeux cherchaient sans cesse partout le précieux de mes enfants!

Nous étions 5 et là 4.

Le silence, le noir, j’avais chaud, les gens me regarderaient, il n’y était plus. Mes 3 enfants ont vu que ce n’était pas supposée être comme ça. Les parents présents ont aussitôt senti que là, c’était important.

Tout le monde s’est mis à chercher. D’un bord, de l’autre et par-ci, par-là!

J’ai couru vers le terrain de balle avec mes 2 plus jeunes dans mes bras, ma grande qui me suit à la vitesse maximale de ses petites jambes en pleurant pour aller avertir les papas qui jouent au baseball.

À ce moment précis, dans ma tête je savais que ma vie venait de perdre un gros gros morceau.

J’avais perdu la légèreté que la vie pouvait avoir.

Perdre un enfant, c’est pas mal la pire chose qui puisse arriver. En alertant mon mari et lui expliquant la situation, il a arrêté le match .

Il a crié aux joueurs qu’il me manquait un joueur à moi. Tout a arrêté.

Le petit, du haut de ses 5 ans, il avait décidé de retourner voir son père en courant avec ses souliers qui vont vite. Lui, connaissait la «trail» et c’était la façon simple de retourner à la balle! C’était un coup sûr pour lui!

Assis sur le banc des joueurs, en sécurité, je ne pouvais pas espérer mieux comme dénouement.

À l’annonce de «il est ici», je me suis effondrée.

Le mal-être et le vide que j’ai pu éprouver durant ces 7 minutes a été de loin le plus bouleversant de toute ma vie. Je remercie la vie que la fin de cette histoire soit simple comme ça, que le «préf» de ma fille soit juste un apprenti sprinter et que mes enfants soient conscients de la trouille que ça procure!

J’ai aussi une pensée pour toutes ces familles qui vivent avec ça au quotidien. Je pensais comprendre, maintenant, je sais le mal que ça fait en dedans.

Je ne veux jamais revivre cette émotion puissante de douleur qui fait qu’on en perd le goût d’être, JAMAIS! Je n’étais pas dans la lune, j’étais là a 100% avec eux dans le module et en quelques secondes tout a été chamboulé. Soyez là, soyez présents et avisez vos enfants des règles de conduite dans les lieux publics.

Et vous, avez-vous déjà vécu cette frousse?

Soyez vigilants!

Alexandra D.