TERRIBLE TWO… OU PAS?

Je regarde ma grande de deux ans et des poussières jouer dans le parc avec des amis. Elle les observe en silence, guette leurs mouvements et aussitôt qu’ils courent, elle les suit et fait de même. Ça prend à peine quelques minutes d’observation que mes yeux s’humidifient. Ma grande fille que j’aime, tu es tellement belle à voir.

Vivez l'expérience Agatha
En ligne ou en boutiques
Magasiner

Elle découvre le monde à sa façon, à grands coups de sourire et de rire. Mais aussi grand coup de colère et de frustration.

Elle s’exprime, souvent fortement, autant à la vue d’un oiseau qui vole dans le ciel que pour demander de l’aide pour mettre ses souliers.

C’est vrai, elle se fâche plus souvent. Elle se fâche fortement, plusieurs fois par jour. Parfois, j’ai du mal à saisir les raisons qui la mettent dans cet état. Mais quand j’observe, j’écoute et j’accepte son émotion, j’arrive à la comprendre.

Elle se fâche quand je m’occupe de sa sœur et peux essayer de me taper. Du premier coup d’œil, ça ressemble seulement à de la «violence», de la «désobéissance» (pourquoi souhaitons-nous à ce point nous faire obéir, d’ailleurs? Ne souhaitons-nous pas être dans une relation égalitaire et non autoritaire avec nos enfants?). Et quand on se rapproche un peu, on comprend qu’elle veut que je m’assoie avec elle pour jouer parce que ça fait plusieurs minutes qu’elle me réclame et que ma seule réponse est: «une minute Laurane, attend un peu. Maman est occupée avec ta sœur.» Ça ne rend pas son geste plus acceptable.

Elle a besoin d’être guidée pour vivre cette émotion qui est bien réelle, mais c’est compréhensible vu son cerveau si immature.

«Tu es fâchée parce que tu veux que maman joue avec toi?»

«Oui.»

«Ok. Maman comprend. Mais même quand on est fâchée, c’est doux avec maman.»

Et on joue ensemble calmement. Son besoin a été répondu, entendu, accepté. Elle me fait un câlin pour s’excuser.

Ma grande fille, j’ai parfois l’impression que les adultes mettent des étiquettes aux enfants lorsqu’ils ne prennent pas le temps de les comprendre et de les écouter.

C’est plus facile de blâmer le «terrible two» lorsque tu fais une colère en public que de chercher à comprendre la cause. Ma grande, tu verras, les adultes ont parfois peur d’être jugés et se mettent une pression immense pour sembler être parfaits aux yeux des autres. Tu verras que ça ne fait aucun sens et que ça nous rend malheureux, de vivre de cette façon. Que ce que les autres pensent de notre famille, maman essaie de s’en foutre. Même quand ils nous regardent avec des drôles d’yeux quand j’interviens en essayant de te comprendre au lieu de te punir.

Tes deux ans, c’est vrai que c’est plus difficile pour maman.

Difficile parce que je dois aller creuser au fond de moi-même pour rester calme quand la tempête t’ensevelit.

Difficile parce que parfois, je n’ai plus aucun contrôle sur rien du tout et les adultes, ma grande, aiment avoir le contrôle. Je te promets d’essayer toujours plus fort de lâcher prise.

Ma fille, sache que tu n’es pas terrible. Tu es parfois seulement incomprise.

Je te promets aussi de faire de mon mieux pour chaque jour, un peu plus te comprendre.

Je t’aime, ma grande.

Maman xxx

Marilyne P.